Publier une PKI sur Internet (republication)

En lisant le billet de mon collègue Alexandre GIRAUD sur le processus de demande de certificats pour IIS 7.0, je me suis rendu compte que souvent, nos clients ont besoin de certificats mais sont rebutés par la mise en œuvre. Une des principales problématiques se situe au niveau de la publication des listes de révocation à l’extérieur de l’entreprise. Si un système d’exploitation n’est pas capable de télécharger les listes de révocation, il ne peut déterminer si un certificat donné est toujours valable ou non. Or, il y a de plus en plus de scénarios (Windows, Exchange 2007, SCCM 2007, SCOM 2007, …) qui nécessitent la mise en œuvre d’une PKI.

 

Avertissement

Attention, ce billet n’est pas censé se substituer à une réelle mise en œuvre d’une infrastructure PKI. C’est juste un raccourci pour couvrir un certain nombre de scénarios et répondre uniquement au besoin technique (obtenir des certificats), l’aspect fonctionnel est volontairement négligé. L’aspect technique a lui aussi été épuré. Je renvoie donc les puristes vers le “Best Practices for Implementing a Microsoft Windows Server 2003 Public Key Infrastructure” ainsi que  l’indispensable référence sur la PKI Microsoft : Windows Server 2008 PKI and Certificate Security de l’immense Brian Komar.

Donc ce qui va suivre est volontairement une forme simplifiée de mise en œuvre de PKI. J’espère que les puristes ne m’en voudront pas.

 

Installation du rôle ADCS

Pour la majorité de nos besoins en certificats, nous avons besoins d’une autorité de certification intégrée à l’annuaire Active Directory (le scénario NAP IPSEC par exemple repose sur une autorité de certification autonome).

Mais alors pourquoi installer le rôle “Certification Authority Web Enrollment”? D’une part, on pourrait en avoir besoin pour certains scénarios, d’autre part, cela m’évite de créer un fichier “CAPOLICY.INF” pour personnaliser la mise en œuvre de mon autorité de certification.

clip_image001

 

Comme indiqué plus tôt, mon choix se porte une une autorité de type “Entreprise”, donc intégrée à l’annuaire Active Directory. On en verra les conséquences plus tard dans ce billet. Pour ceux qui veulent se faire mal, il peuvent consulter le WebCast de François LASSERRE des TechDays 2009.

clip_image002

 

Pour la notion de hiérarchie, on va faire très simple, un seul niveau, donc RootCA.

clip_image003

 

Toujours pour simplifier, je nomme mon autorité de certification RootCA.

clip_image004

 

Pour le chemin de la base de données de l’autorité de certification ou son journal de transaction, je conserve les choix par défaut.

clip_image005

 

Le résumé nous présente la liste des modules de IIS. Les choix proposés me conviennent parfaitement pour l’autorité racine, puisque c’est le choix minimum pour notre cas, donc secure!

clip_image006

 

Une fois l’installation terminée, on peut constater que notre PKI est bien opérationnelle et que ses informations sont publiées mais uniquement localement. La CRL est uniquement publiée dans un chemin HTTP.

clip_image007

 

Jusque là tout va bien. C’est simple finalement la PKI?

Optionnellement, on va configurer l’enregistrement et le renouvèlement automatique de certificats dans la stratégie de groupe “Default Domain Policy”. Ceci permettra aux systèmes d’exploitation clients ainsi qu’aux utilisateurs d’obtenir des certificats automatiquement.

clip_image008

 

Personnaliser les extensions

C’est par là que tout passera. Un raccourci pourrait consister à publier les URL de l’AIA et de la CRL avec ISA Server ou son successeur mais, du pointe de vue de la sécurité, c’est pas terrible. On va donc ajouter les extensions pour publier l’AIA et la CDP sur un serveur tiers que l’on pourra lui publier via ISA Server vers l’extérieur.

clip_image009

 

On constate maintenant la raison de mon choix d’installer le “Certification Authority Web Enrollment”. Si je ne l’avais pas installé, l’installation par défaut du rôle ADCS aurait du être corrigé pour ne pas publier l’AIA et la CDP sous forme HTTP. Il aurait été nécessaire de générer un fichier “CAPolicy.INF”. Je suis en vacances donc, on fait court!

clip_image010

 

Ajoutons notre première extension, à savoir la localisation de notre liste de révocation. Celle-ci devant être accessible d’extérieur, c’est nécessairement un nom pleinement qualifié qui doit être référencé, sous forme d’une URL HTTP. La chaine de caractère illustrée ci-dessous est générique. Elle permet surtout de publier plusieurs listes de révocations à un même emplacement.

clip_image011

 

Note : N’essayer pas de publier en HTTPS surtout avec un certificat issu de votre propre PKI, c’est pas marrant. Comment peut-on vérifier la liste de révocation si on ne peut pas y accéder, on part en boucle!

Subtilité, cet emplacement sera configuré pour stocker les CRL. Par extension, les clients pourront y trouver aussi les CRL “Delta” (qui seront publiées au même emplacement).

clip_image012

 

Voila pour l’accès extérieur mais encore faut-il que notre autorité de certification publie les informations à cet emplacement. Pour cela, on va lui indiquer un chemin UNC (qui correspondra au répertoire virtuel dans IIS) dans lequel l’autorité de certification pourra mettre à disposition les informations nécessaires.

clip_image013

 

Le partage référencé contiendra aussi bien les CRL que les CRL “Delta”.

clip_image014

 

Reste plus qu’à redémarrer le rôle ADCS pour prendre en compte les nouvelles extensions.

clip_image015

 

Voyons voir ce que cela a changé pour l’autorité de certification.

clip_image016

 

On constate qu’il y a bien un nouvel emplacement de publication “externe” pour notre autorité de certifications. Cependant, il ne semble pas opérationnel. A ce stade, c’est normal. Les raisons de cette erreurs sont multiples :

1. La résolution de noms DNS externes n’est peut être pas configurée

2. Le serveur sur lequel on doit publier nos informations n’est pas encore configuré

3. On na pas encore de liste de révocation à publier puisque pas encore de certificats révoqués

 

La résolution de noms externes

Pour que le monitoring de la PKI ne remonte pas d’erreur, il est nécessaire que l’autorité de certification puisse résoudre le nom pleinement qualifié de l’emplacement de publication HTTP. On peut  :

1. Autoriser nos serveurs DNS à joindre les RootHints

2. Configurer nos serveurs DNS pour utiliser des redirecteurs DNS

3. Créer une zone DNS représentant le nom DNS extérieur tel qu’illustré ci-dessous

clip_image017

 

Pour le choix, c’est vous qui voyez!

 

Configuration de la publication

Après l’autorité de certification, passons au serveur sur lequel on va publier les informations. Dans mon cas, j’ai retenu un Windows Server 2008 édition standard. Le choix “full GUI” ou “Core” m’importe peu, cela fonctionne dans les deux cas. Dans ce billet, je ne traiterai que le “Full GUI”, le plus communément

L’autorité de certification va publier dans un partage. Encore faut-il que celui-ci existe? Il sera configuré pour accorder le contrôle total au compte ordinateur de l’autorité de certification.

clip_image018

 

Les informations devant êtres accessibles depuis l’extérieur au format HTTP, nous avons donc besoin d’un serveur web mais uniquement le stricte minimum.

clip_image019

 

Etant donné que je n’ai pas demandé l’installation des outils d’administration de IIS, j’ai quand même besoin d’installer les outils d’administration de IIS en ligne de commande :

clip_image020

 

Notre partage doit disposer des permissions tel qu’illustré ci-dessous (Oups pas core!):

clip_image021

 

Reste plus qu’à créer le répertoire virtuel CRLD tel que déclaré dans l’extension de l’autorité de certification et d’y autoriser le parcours de répertoire (Attention à bien avoir installé les outils d’administration et se positionner dans le sous répertoire %Windir%\System32\InetServ!). La dernière ligne est une subtilité. Elle permet l’utilisation du caractère “+” par le client pour demander la CRL Delta.

clip_image022

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus : How to avoid Delta CRL download errors on Windows Server 2008 with IIS7 (Merci Stan!). C’est fini? Nan, par ce que cela ne marche pas encore tout de suite.

 

Dernière passe sur ADCS

On a beau avoir tout mis en place, la console ADCS nous remonte toujours une erreur (Pourquoi tant de haine?).

clip_image023

 

Si on regarde de plus près, un accès HTTP nous retourne l’erreur 404. ce qui signifie que le répertoire est vide.

clip_image024

 

A ce stade, c’est normal, mon autorité de certification n’a pas encore délivré de certificat, donc il n’y a pas eu de révocation, donc pas de liste publiée. Même si la liste est vide, on va quand même demander la publication. Attention, cependant, une liste de révocation reste valide jusqu’à son expiration. La révocation de certificat n’est donc pas instantanée. Pour cela, il faut aller faire un tour du coté de OCSP (Attention, aspirine à prévoir!).

clip_image025

 

Et si tout est opérationnel (veillez à sacrifier une souris au dieux de l’informatique, cela sert toujours), le répertoire doit maintenant être peuplé d’une CRL et une DRL “Delta”.

clip_image026

 

Coté supervision de ADCS, tout est maintenant opérationnel. Notre PKI est maintenant accessible de l’extérieur. Pour finaliser la configuration, une petite publication HTTP avec ISA devrait faire l’affaire.

clip_image027

 

Comment prouver que cela fonctionne?

Bonne question. Une simple commande CERTUTIL permet de demander le téléchargement des CRL et CRLD depuis l’URL extérieure.

clip_image028

 

Conclusion

Ce billet est une réponse technique pour la mise en œuvre d’une PKI pour un besoin “Microsoft”. Cela ne se substitue pas à un réel projet PKI. Je n’ai fait ici qu’effleurer un scénario d’usage de la PKI Microsoft. Les usages des certificats sont très nombreux. l’utilisation des certificats augmentant avec le temps (Windows 2008 R2, Geneva, Exchange 2010?, …), il devient urgent d’intégrer les aspects fonctionnels autour de la sécurité dans nos projets.

Maintenant que c’est aspect a été démystifié, il n’y  plus de raison d’utiliser des certificats pour ADDS, TS Gateway, WINRM, SCVMM, SCOM, SCCM et tout les autres produits qui ne demandent que cela.

Benoîts – Mode Vacances (Pas possible!) + U2 (Yeah!)

Benoit

Simple, yes, Secure Maybe, by design for sure, Business compliant always!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.