Modification des prix et des politiques de stockage SharePoint Online

Les limites de stockage par “tenant” sont maintenant de 25 Téraoctets (To)

Chaque client (tenant) peut désormais accéder à un maximum de 25 To de données, à comparer à 5 To précédemment.

Baisse des prix sur le stockage supplémentaire : 92 % de réduction !

Dans la même dynamique que les récentes réductions des prix des produits Office 365, le prix du stockage additionnel de SharePoint Online a été réduit de 92 % avec effet immédiat. Cette réduction se traduit par une baisse de 2,23 € ($2.50) par Go / mois à 0,18 € ($0.20) par Go / mois.

Calculez simplement votre espace de stockage SharePoint Online :

Il existe une équation très simple qui vous permet de calculer de combien d’espace de stockage SharePoint Online vous bénéficiez en fonction du nombre de vos utilisateurs dans les différents plans.

Total de l’espace de stockage SharePoint Online disponible pour un client (tenant) :

10 Go + (500 Mo x Nombre d’utilisateurs E1-E4) + stockage additionnel acheté en option

Note: Les utilisateurs des offres Kiosk (K1 & K2) et les utilisateurs externes ne rajoutent aucun stockage supplémentaire au total utilisable par un client (tenant).

En plus de cet espace de stockage combiné pour l’ensemble du client, chaque utilisateur disposant d’un espace My Site (Plans E1, E2, E3 et E4) reçoit 500 Mo de stockage personnel. Les espaces My Sites sont des espaces de stockage personnels qui permettent aux utilisateurs de gérer facilement leurs documents, favoris, blogs personnels et pages wiki.

Deux exemples :

Exemple 1 :

Contoso achète un total de 2300 licences utilisateurs Office 365 : 1000 Office 365 E1, 500 Office 365 E2, 500 Office 365 E3, 300 Office 365 K2, et prévoit d’inviter 35 prestataires en tant qu’utilisateurs externes. Contoso n’a pas de besoin d’espace de stockage additionnel.

  • Total de l’espace de stockage SharePoint Online disponible = 10 Go + (2000 * 500 Mo) = 1010 Go (~ 1 To)
  • Utilisateurs bénéficiant d’un stockage My Site (500 Mo chacun) = 2000

Exemple 2 :

Fabrikam fait l’acquisition de 45000 licences utilisateurs Office 365 composées des plans suivants : 30000 Office 365 E1, 10000 Office 365 E3, 5000 Office 365 K1, et veut pouvoir inviter 250 clients en tant qu’utilisateurs externes pour partager des documents. La société veut également pouvoir disposer de 100 Go d’espace de stockage additionnel.

  • Total de l’espace de stockage SharePoint Online disponible = 10Go + (40000 * 500 Mo) + 100 Go = 20110 Go (~ 20 To)
  • Utilisateurs bénéficiant d’un stockage My Site (500 Mo chacun) = 40000

Plus d’information sur SharePoint Online ici. Egalement disponible, les documents SharePoint Online service description qui fournissent toutes les informations à jours sur les fonctionnalités offerte par le service SharePoint Online de Microsoft.

L’État va investir 75 millions d’euros dans le "Cloud français"

Le projet, alliant les Orange et Thales, vise à développer une "centrale numérique" dans le Cloud.

L’État, via le Fonds national pour la société numérique (FSN), va investir 75 millions d’euros dans le projet alliant les entreprises Orange et Thales, pour développer une "centrale numérique" (cloud computing) qui stockera les données informatiques stratégiques françaises. Il s’agit du premier investissement de ce fonds, lancé en mars 2011, ont souligné dans un communiqué commun le ministre de l’Industrie et de l’Économie numérique Éric Besson et le commissaire général à l’investissement René Ricol.

Le FSN dispose d’un total de 4,25 milliards d’euros, dont une partie est destinée à accompagner en investissement les acteurs développant de nouveaux usages, services et contenus numériques. Sa gestion est assurée par la Caisse des dépôts. L’annonce de ce financement est l’aboutissement d’une longue série de rebondissements. Dans le cadre du Grand Emprunt, l’État devait en effet initialement injecter 135 millions d’euros dans le consortium "Andromède", projet mené depuis plus de deux ans conjointement par les groupes Orange, Thales et Dassault Systèmes.

En décembre 2011, Dassault Systèmes avait créé la surprise en se retirant du consortium "Andromède", annonçant un projet concurrent avec comme partenaire principal SFR (Vivendi). Mais en apprenant que l’État avait l’intention de financer à parts égales les deux projets, Dassault Systèmes avait décidé de jeter définitivement l’éponge.

UnivCloud : le cloud computing des universités franciliennes

Le 19 janvier 2012, UNPIdF et INEO ont inauguré le projet UnivCloud sélectionné par le gouvernement français comme un des 5 projets de « cloud computing » permettant l’émergence des infrastructures informatiques de demain dans le cadre du programme « Des investissements d’avenir : développement de l’économie numérique ». UnivCloud est un concept innovant de cloud inter universitaire assurant une mutualisation de l’infrastructure des systèmes d’information pour supporter les services d’hébergement et de développement des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le « cloud computing » ou « informatique en nuage » est un concept qui consiste à déporter sur des serveurs distants des stockages et des traitements informatiques traditionnellement localisés sur des serveurs locaux.

Le projet « UnivCloud » vise à mettre en place un cloud communautaire pour l’enseignement supérieur, dédié aux établissements membres de l’UNPIdF, représentant un demi-million, d’utilisateurs potentiels.

Pour répondre aux nouvelles exigences des étudiants, à la mondialisation de l’enseignement supérieur, à l’émergence des technologies et aux enjeux énergétiques, le projet UnivCloud permet d’accompagner la transformation des établissements universitaires en leur offrant des solutions et services à la fois innovants, évolutifs et adaptés aux usages d’aujourd’hui et de demain. UnivCloud doit ainsi permettre d’accompagner le développement des usages numériques, d’améliorer la gestion des compétences et le service rendu aux utilisateurs et de maitriser l’impact énergie-carbone des équipements universitaires.
Le concept de cloud inter – universitaire permettra également de mutualiser les infrastructures informatiques afin de rationaliser et standardiser les systèmes d’information et d’optimiser des coûts de fonctionnement. Il offrira aux universités membres une utilisation à la demande des ressources informatiques tout en préservant leur identité. Il s’ouvre en même temps à d’autres usages, par la mutualisation et la souplesse d’utilisation apportée par le cloud, en particulier aux collectivités locales.
UnivCloud est par ailleurs un projet de développement collaboratif public-privé : porté par l’UNPIdF, première structure d’appui aux usages du numérique dans l’enseignement supérieur d’Ile-de-France, et par INEO, Groupe GDF SUEZ, il associe des partenaires technologiques aux expertises complémentaires (start up et PME) et des laboratoires de recherche. Dans ce cadre, INEO conçoit l’architecture du système et les logiciels qui visent à réduire la consommation énergétique des éléments actifs (serveurs, réseaux, stockage).
À ce jour, 14 universités membres de l’UNPIdF participent à la 1ère phase d’études de 18 mois consacrée à l’analyse des besoins, à l’architecture et aux principaux choix technologiques. Courant 2013, une maquette de démonstration permettra d’évaluer le potentiel de l’infrastructure communautaire et d’en lancer la construction.

publié le 21 mars 2012

http://unpidf.univ-paris1.fr/univcloud-6095.kjsp?RH=unr-partenaire&RF=unr-univcloud

System Center 2012 for Microsoft Private Cloud Generally Available Today!

Brad Anderson, corporate vice president of the Management and Security Division at Microsoft, took the stage this morning to kick-off the first day of the Microsoft Management Summit in Las Vegas.

Anderson delivered the opening keynote to nearly 5,000 IT professionals, highlighting how customers around the world are already using System Center 2012, available today for evaluation and purchase, to move faster, save money and better compete with Microsoft private cloud. Anderson also spoke to how IT professionals can evolve their role as cloud innovators, which he further detailed in a blog post today. A replay of his keynote is available here.

News highlights include:

  • System Center 2012 is generally available now for evaluation and purchase.
  • The Walsh Group, EmpireCLS and Apartments.com are betting on the Microsoft private cloud and System Center 2012 today to more nimbly and cost effectively deliver applications to employees and customers.
  • Windows Server “8” has been officially named Windows Server 2012. The new “cloud optimized OS,” due out later this year, will make the Microsoft private cloud even more powerful.

Additional news from MMS 2012:

  • New Microsoft Certification Program for the Cloud: Following the announcement from Microsoft Learning on April 11th, changes were made to the Microsoft Certification Program to help address the growing skills gap in the IT industry and new job roles in the cloud. Program changes will help technology professionals and developers gain the skills they need to plan, design, implement, and operate cloud and hybrid solutions today and into the future. At MMS, Microsoft Certified Solutions Expert (MCSE) private cloud exams will be offered free to all attendees. Go here to learn more.
  • System Center Advisor, Microsoft’s cloud service that enables IT professionals to assess server configuration and proactively avoid problems, has been updated to support SharePoint and Exchange. Additional details are available here.
  • Microsoft Private Cloud Fast Track Partners deliver solutions with System Center 2012:
    • Dell: Dell announced enhanced systems and systems management solutions for System Center 2012. Check out the Direct2Dell blog for more information.
    • HP VirtualSystem: HP announced HP Virtual System VS3 for Microsoft with support for System Center 2012. Visit HP’s blog for more information.
    • Cisco, Fujitsu, EMC and Hitachi are also delivering Microsoft Private Cloud Fast Track solutions with System Center 2012.

For more information on MMS 2012 news, please visit the Microsoft News Center. Customers can find out more about Microsoft’s private cloud solutions here. The conversation on Twitter can be followed at #MMS2012

Source : http://blogs.technet.com/

Microsoft annonce la plus grande clientèle dans le cloud : All India Council for Technical Education pour atteindre 7 millions avec Live@edu

Londres, 13 Avril : Diffusé par PR Newswire pour Microsoft Corp.

NEW DELHI et REDMOND, Washington, April 13, 2012 /PRNewswire/ —

– L’AICTE adopte le cloud pour améliorer l’enseignement technique et préparer les étudiants à être les actifs de demain.

Microsoft Corp. et All India Council for Technical Education (AICTE) a annoncé aujourd’hui que l’AICTE déploiera Microsoft Live@edu au cours des trois prochains mois dans plus de 10 000 établissements d’enseignement supérieur et instituts techniques à travers l’Inde. Le déploiement du cloud élargira l’accès des étudiants à une collaboration et à une éducation technique de qualité.

Live@edu est un service de communication et de collaboration hébergé qui offre une messagerie électronique, Microsoft Office Web Apps, une messagerie instantanée et un espace de stockage pour les plus de 7 millions d’étudiants et les près de 500 000 membres du corps enseignant de l’AICTE, pour une portée totale de 7,5 millions d’utilisateurs (environ deux fois la taille de la population de Los Angeles), faisant de l’AICTE le plus grand client dans le cloud de Microsoft. Live@edu est la première étape dans le déploiement de l’AICTE de Microsoft cloud computing pour l’éducation. L’AICTE prévoit également de déployer Microsoft Office 365 pour l’éducation plus tard cette année lorsqu’il sera disponible, donnant accès à la messagerie et au calendrier Microsoft Exchange Online, à Microsoft SharePoint Online, à Microsoft Lync Online et à Microsoft Office Professionnel comme l’infrastructure technique pour prendre en charge les établissements d’enseignement supérieur et instituts membres.

« La plateforme cloud de Microsoft produira un écosystème véritablement évolutif et contribuera à l’enseignement technique du pays, en fournissant une meilleure communication et une plateforme de collaboration pour les instituts et les étudiants », a déclaré le Dr S.S. Mantha, président de l’AICTE.

L’AICTE fait partie du ministère du Développement des ressources humaines indien, et est l’organe directeur de l’enseignement technique en Inde ; il certifie et gère les établissements d’enseignement supérieur et instituts techniques dans un pays où le secteur des technologies et l’enseignement supérieur sont de plus en plus indispensables à l’économie. Pour mener à bien sa charge d’évaluation du programme et de la qualité de l’éducation de tous les instituts techniques à travers le pays, l’AICTE avait besoin de disposer d’une communication cohérente et opportune avec ces établissements d’enseignement supérieur, dont certains sont situés dans les régions les plus reculées de l’Inde. L’AICTE et le ministère voulaient déployer un système technologique qui offrirait une plateforme efficace pour les étudiants et le cadre institutionnel, favoriserait l’efficacité et prendrait en charge les plus larges réformes en matière d’éducation.

L’AICTE a examiné les solutions d’une série de fournisseurs, dont Microsoft, IBM et Google. L’un des principaux facteurs dans la décision de choisir les services de cloud computing de Microsoft pour l’éducation a été l’engagement global de Microsoft en termes d’éducation à travers l’ensemble des produits et programmes de la société, ainsi que l’interopérabilité transparente du système avec la totalité du portefeuille des produits Microsoft. Le conseil a également été impressionné par la vaste expérience de Microsoft dans l’enseignement supérieur et par la capacité à déployer un système dans des endroits géographiquement dispersés, sans engendrer de la complexité et des coûts de gestion des TI des institutions significatifs.

« L’Inde connaît une activité et une croissance économique rapides. Le développement de la jeunesse de l’Inde et de leurs compétences jouera globalement un rôle important dans la croissance complète du pays », a déclaréAnthony Salcito, vice-président de Worldwide Education. « La politique budgétaire de l’Union a également mis l’accent sur le développement des compétences, et il en va de même pour la proposition du 12ème plan quinquennal avec une politique nationale de développement des compétences. Le modèle PPP (partenariat public-privé) est essentiel dans le fonctionnement et la gestion des institutions de formation qui offrent toutes les possibilités pour combler l’écart de compétences le plus efficacement possible. L’engagement de Microsoft pour renforcer l’autonomie des étudiants en déployant Microsoft Live@edu pour 7,5 millions d’étudiants, enseignants et employés de l’université à travers le pays avec l’AICTE est louable, et est un pas vers une Inde informée et en développement. Je tiens à féliciter à la fois l’AICTE et Microsoft pour cette étape importante ».

« Nous sommes ravis de la confiance accordée par l’AICTE à Microsoft », a déclaré Sanket Akerkar, directeur général, Microsoft Corp. India Private Ltd. « Microsoft a toujours vu l’éducation comme un domaine prioritaire et croit que la technologie offre des possibilités qui peuvent aider à donner les moyens d’agir, non seulement aux enseignants et aux étudiants, mais aussi à l’Inde dans son ensemble en tant que nation ».

La mise en œuvre est déjà en cours et est gérée par Microsoft et un ensemble de partenaires Live@edu. La fin du déploiement complet est prévue d’ici l’été 2012.

Live@edu est la suite cloud de premier plan pour l’éducation, avec plus de 22 millions de personnes qui utilisent le service dans le monde entier. Avec 7,5 millions d’utilisateurs, le déploiement de l’AICTE est le plus important déploiement de cloud jamais réalisé. Parmi d’autres adoptions récentes de Live@edu, l’on compte une solution de collaboration basée sur le cloud pour 700 000 personnes, pour le ministère de l’Education du Kentucky. Le service en ligne aide les établissements d’éducation à fournir des messageries et des outils de classe entreprise aux étudiants et professeurs, tout en participant à réduire les coûts et simplifier la gestion.

À propos de Microsoft Live@edu

Live@edu est une plateforme hébergée gratuite pour la communication et la collaboration des étudiants, qui fournit des services de pointe sur le marché l’éducation mondiale. La messagerie électronique et un calendrier avec une boîte de réception de 10 Go, 25 Go de stockage de fichiers supplémentaires, le partage de documents, la messagerie instantanée, le chat vidéo et la messagerie électronique mobile ne sont qu’une partie de l’ensemble des fonctionnalités. Live@edu offre des outils professionnels aux étudiants pour les préparer à l’université ou au monde du travail dès le premier jour. Live@edu est accessible par le biais des navigateurs Web les plus populaires pour les systèmes d’exploitation Windows, Mac et Linux, et est facile à installer, à administrer et à gérer. Plus de 10 000 écoles dans plus de 130 pays se sont inscrites à Live@edu, servant 22 millions de personnes à travers le monde. Plus d’informations sont disponibles sur http://www.microsoft.com/liveatedu.

À propos de Microsoft

Fondée en 1975, Microsoft (Nasdaq : MSFT) est le leader mondial en matière de logiciels, services et solutions qui aident les individus et les entreprises à exprimer pleinement leur potentiel.

Source : http://www.prnewswire.fr/cgi/release?id=53688

Google Apps Godfather Making His Exit

The godfather of the Google Apps software suite is leaving Google, leaving the search engine giant’s business-to-business services unit in limbo.

Dave Girouard, the vice president of applications and president of Google’s enterprise group, is leaving the company to launch a business focused on startups. The Apps team will report to Sundar Pichai, senior vice president of Google’s Chrome Web browser and Apps, until a replacement for Girouard is found.

For the CIO using or mulling a move to Apps, Girouard’s departure comes at a critical time for Google’s enterprise unit. The business is trying to battle software superpower Microsoft for corporate customers, and to integrate functionality from the company’s young Google+ social network, such as group video chat, into Apps. Google Apps officials claim Google+ will improve collaboration capabilities for corporate employees.

Girouard joined Google in February 2004 and helped launch free and paid versions of Google Apps in February 2007. Google charges businesses $50 per user, per year to access Gmail, Google Docs and other applications over the web, an increasingly popular practice known as cloud computing.

Under Girouard’s guidance, Google Apps has landed over 4 million business customers. Barcelona’s BBVA bank has over 110,000 employees migrating to Google Apps this year. Google has also won the hand of several government agencies, including the General Services Administration.

Apps has had some speed bumps during Girouard’s tenure. Service outages have knocked Apps offline for minutes or hours at a time. Google also suffered a black eye last year when the City of Los Angeles police department reneged on its promise to use Google Apps, citing security concerns.

Still, Arun Sundararajan, a professor with New York University’s Stern School of Business, argued that Girouard has already done plenty to help Google become a leader in cloud computing. Consequently, he doesn’t believe the move should give pause to CIOs considering a switch to Apps, or concern CIOs who have already procured Apps for their businesses.

“Girouard’s leaving Google now is less serious than it would have been a couple years ago,” Sundararajan said. Girouard was such a strong presence in evangelizing Google’s cloud the last five years that CIOs of small and large businesses alike are comfortable with the platform and strategy, he added.

Yet Sundararajan did acknowledge that it’s difficult for any company to lose the main voice behind a new category of product.

More important is what Google’s senior management does about his exit, said Gartner analyst Tom Austin. Google could replace Girouard with someone who has strong enterprise experience, Austin said. On the other hand, a weak response from management would signal indecision, reinforcing concerns about the future of Apps.

That will open the door for some competitive attacks from Microsoft, which seeks to lure business customers for its competing cloud collaboration suite, Office 365. Microsoft cut prices for Office 365 by anywhere from $2 to $5 per user, per month, depending on the package.

Microsoft declined to comment on Girouard’s departure. However, Girouard scoffed at the idea that Apps will weaken and become vulnerable to Microsoft as a result of his departure.

“There’s zero reason to believe that,” Girouard said. “Google has an amazingly deep bench and the enterprise biz has never been doing better.”

Source : blogs.wsj.com/cio/