Untitled

 

 

 

Bonjour à tous …

 

Vous savez quoi ? Les TechDays 2015 approchent à grands pas. Cette année, je pense que nous aurons le droit à de belles sessions surtout sur le Cloud et Azure.

 

Pour ma part, je serai là le 2ème jour pour tous les sujets d’infrastructure. Par la même occasion, je serai comme chaque année ATE (Ask The Expert). Cela signifie que je porterai un tee-shirt, avec écrit ATE dessus, pour que vous puissiez en cas de besoins me poser toutes les questions que vous souhaitez sur les sujets :

  • Virtualisation
  • System Center
  • Windows Server

 

En attendant donc de vous croiser, voici le lien permettant de vous inscrire :

 

Untitled

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Mes chers compatriotes virtuels …

 

En cette journée dominicale grisâtre, j’ai décidé de vous donner de la lecture pour que vous soyez au chaud sous les couettes.


Dans la première partie de mon post sur ODX, j’ai commencé à vous expliquer et à vous donner les bases de cette nouvelle fonctionnalité native à partir de Windows Server 2012:

http://danstoncloud.com/blogs/david_lachari/archive/2014/12/07/familiarisez-vous-avec-le-fr-232-re-de-bip-bip-j-ai-nomm-233-odx-partie-1.aspx

 

 

Dans cette seconde partie, je souhaite vous faire partager et montrer l’ensemble de mes tests sur ODX effectués au travers d’un hôte Hyper-v DELL M620 et d’une baie de stockage SAN DELL Compellent SC8000.

 

Pour réaliser mes tests, j’ai créé des VHDX de différentes tailles en activant ODX et en désactivant ODX. Voici les résultats:

 

  • Dans un premier temps, je vais vérifier que mon OS supporte bien ODX (je le sais déjà que cela est supporté …)

    Get-ItemProperty HKLM:\System\CurrentControlSet\Services\
    FsDepends -Name "SupportedFeatures"

    Si le résultat vous retourne 3, alors ODX est supporté
    .

03

 

 

  • Maintenant, vérifions qu’ODX soit bien activé sur le serveur initiant la copie

    Get-ItemProperty HKLM:\System\CurrentControlSet\Control\
    FileSystem –Name "FilterSupportedFeaturesMode"


    Si le résultat vous retourne 0 alors ODX est activé
    .

04

 

 

 

A partir de maintenant, nous allons rentrer dans le vif du sujet en créant plusieurs VHDX de taille fixe depuis notre hôte 2012 R2 vers le SAN Compellent sur un CSV.
 

ODX activé

 

  • Création d’un disque VHDX de 50GB en 2,592 secondes

05

 

  • Création d’un disque VHDX de 100GB en 4,235 secondes

06

 

  • Création d’un disque VHDX de 250GB en 9,263 secondes

07

 

  • Création d’un disque VHDX de 400GB en 15,209 secondes

08

 

 

 

ODX désactivé

 

Pour désactiver ODX sur mon serveur 2012 R2, je tape la commande suivante:

Set-ItemProperty HKLM:\System\CurrentControlSet\Control\FileSystem
-Name “FilterSupportedFeaturesMode" -Value 1

Pour vérifier que notre commande soit bien valide, tapons cette commande:

Get-ItemProperty HKLM:\System\CurrentControlSet\Control\
FileSystem –Name "FilterSupportedFeaturesMode"


Si le résultat vous retourne 1 alors ODX est désactivé
.

09

 

  • Création d’un disque VHDX de 50GB en 1,36 minute

10

 

  • Création d’un disque VHDX de 100GB en 3,11 minutes

11

 

  • Création d’un disque VHDX de 250GB en 7,59 minutes

12

 

  • Création d’un disque VHDX de 400GB en 12,46 minutes

13

 

 

 

Je vous ai fais un tableau récapitulatif des résultats en vous donnant le coefficient entre une création avec ODX activé et ODX désactivé:

 

Untitled

 

image

 

 

Comme vous pouvez le constater, les chiffres parlent d’eux-mêmes …

 

Bonne après-midi les virtual addicts.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Tout le monde connait le célèbre BIP BIP …

 

BIP BIP

 

 

Et bien savez-vous qu’il avait un frère jumeau ? Même les FANS inconditionnels de ce cartoon ne le savent pas… Désolé pour toutes les personnes qui croyaient tout savoir sur BIP BIP et Coyotte.

 

Non ne vous inquiétez pas je n’ai rien fumé comme substance illicite aujourd’hui. Il n’y a que les IT Pros passionnés des technologies Microsoft qui comprendront. En effet, depuis la sortie de Windows Server 2012, il existe une fonctionnalité native au système d’exploitation nommée ODX (Offloaded Data Transfer) connue aussi sous le nom Copy Offload permettant de copier des données entre deux serveurs sans passer par le réseau IP mais par le réseau de stockage SAN.

 

Avant de vous expliquer ODX et ses profondeurs, faisons un rappel sur la copie de fichiers traditionnelle entre deux serveurs au travers d’un schéma:

 

Dessin1

 

Dans notre exemple, nous disposons de l’infrastructure suivante:

  • 2 serveurs Windows Server 2008 R2
  • 1 baie de stockage SAN Fibre Channel
  • Des CSV contenant des données dont une image ISO

 

Dans une copie traditionnelle, le serveur 1 souhaite copier l’ISO (stockée dans le CSV attaché aux serveurs) sur le serveur 2, le serveur 1 lit le fichier ISO sur le SAN et le fait transiter sur le serveur 2 via le réseau IP. Vous l’aurez donc compris, les copies traditionnelles comme nous les avons toujours connues sont demandeuses de ressources processeur, mémoire, bande passante réseau et stockage.

 

Heureusement, avec Windows Server 2012, les admins réseaux et systèmes vont retrouver le sourire. Pourquoi vous me direz ? Tout simplement parce qu’ODX a vu le jour. Qu’est-ce qu’ODX ? Non ce n’est pas un gaulois sorti d’Astérix et Obélix… Il s’agit comme je vous l’expliquais plus haut une fonctionnalité native permettant de copier à partir de maintenant les données directement depuis le réseau SAN sans passer par le réseau LAN IP en quelques secondes en fonction de la taille du fichier. Qu’est-ce que cela apportera ? Décharger les hôtes Hyper-v et les VM lors des accès au stockage.

 

Dessin1

 

 

 

1. Comment cela marche concrètement ?

  • L’utilisateur copie ou déplace le fichier via un Explorateur ou un prompt

  • L’OS (WS 2012) prend en compte la demande et transfert celle-ci via ODX si la baie de stockage supporte la fonctionnalité

  • Un token est copié entre le serveur source et le serveur de destination

  • Le token est ensuite envoyé à la baie de stockage

 

 

2. Quels sont les prérequis matériel ?

  • Le stockage doit être compatible avec ODX et Windows Server 2012

  • La connexion doit être faite par l’un des protocoles suivants:
    - Fibre Channel
    - Fibre Channel over Ethernet (FCoE)
    - iSCSI
    - Serial Attached SCSI (SAS)

  • L’une des configurations suivantes doit être mise en place:
    - 1 serveur avec 1 baie de stockage
    - 1 serveur avec  2 baies de stockage
    - 2 serveurs avec 1 baie de stockage
    - 2 serveurs avec 2 baies de stockage

 

 

3. Quels sont les prérequis logiciel ?

Si vous souhaitez utiliser la technologie ODX sur votre infrastructure, vous devrez supporter les prérequis suivants:

  • Exécuter Windows Server 2012 depuis la machine initiant le transfert

  • ODX n’est pas supporté par les drivers de filtre de système de fichier:
    - Data Deduplication
    - BitLocker Drive Encryption

  • Les fichiers doivent être sur une partition non cryptée
  • Les Storage Spaces et les volumes dynamiques ne sont pas supportés
  • Les fichiers doivent être sur un volume formaté en NTFS
  • ReFS et FAT ne sont pas supportés
  • Les disques virtuels et les partages de fichiers SMB sont supportés
  • Les fichiers doivent avoir une taille minimum de 256KB

  • Les applications supportant ODX lors du transfert sont:
    - Hyper-v management
    - Explorateur de fichiers
    - Windows PowerShell
    - Windows Prompt

 

 

Bon toutes les bonnes choses ont une fin… Ce premier post se termine ici mais ne vous inquiétez pas la suite arrive dans la journée.

 

Bonne journée les amis …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonjour virtual fellows …

 

Dans un précédent post, je vous disais que j’étais chez un client pour réaliser une mise en place d’une infrastructure Hyper-v - SCVMM 2012 R2 sur du matériel DELL: un châssis M1000e et une baie Compellent SC8000.

 

Le POC déployé (cluster 2 nœuds), j’en ai profité pour tester et réaliser des tests sur ODX (je vous prépare un post détaillé sur la fonctionnalité et les essais). Pour être consciencieux dans mon travail, j’ai fais mes tests sur les 2 serveurs: un sous Windows Server 2012 R2 FULL UI et un sous Windows Server 2012 R2 Core.

Je précise que le 1er serveur a été installé à la main. En revanche, le 2ème hôte a été déployé depuis SCVMM 2012 R2.

 

Comme je vous l’ai indiqué, le deuxième serveur est en version Core. Pour ne pas tout faire en ligne de commande depuis l’interface utilisateur via mon prompt, j’ai autorisé l’administration à distance de l’hôte au travers de SCONFIG. Maintenant, mes tests ODX pouvaient commencer depuis mon premier hyperviseur en Remote Session PowerShell.

Je tiens à vous informer que pour tester ODX, j’ai créé des disques virtuels de différentes tailles via la commande New-VHD.

 

Je tape donc la ligne de commande qui va bien mais là je reçois une grosse erreur me stipulant que la cmdlet New-VHD n’existe pas … Bizarre non étant donné qu’il s’agit bien d’un hyperviseur Hyper-v 2012 R2 ajouté au sein du cluster via VMM. Je décide donc de procéder dans l’ordre afin de solutionner le soucis. Voici les étapes réalisées afin de vous éviter cette problématique.

 

 

1. Entrer en PS Remote Session sur le 2ème hôte

    Enter-PSSession -ComputerName Nom_Hyperviseur -Credential User

01

 

 

2. Entrer le mot de passe du compte spécifié dans la précédente commande

02

 

 

3. Nous sommes connectés sur le 2ème hyperviseur

03

 

 

4. Je tape donc la commande permettant de créer mon VHDX

    Measure-Command {New-VHD -Path C:\ClusterStorage\Volume2
    \ODXEnable.vhdx -Size 50GB -Fixed}

04

 

 

5. La cmdlet n’est pas reconnue, je vérifie que le rôle Hyper-v soit installé

    Get-WindowsFeature -Name Hyper-V

05

 

 

6. Je vérifie alors que le module Hyper-v soit installé sur l’hôte

    Get-Module -Listavailable

06

 

 

7. Le module Hyper-v étant non présent, je comprends d’où vient mon soucis: les outils d’administration Hyper-v ne sont pas installés

Install-WindowsFeature -Name Hyper-V -IncludeManagementTools

07

 

 

8. Je vérifie alors que mon module Hyper-v ait bien été installé

    Get-Module -Listavailable

08

 

 

9. VICTOIRE ! Je peux donc retenter ma commande pour créer mon VHDX

09

 

 

 

Que retenez-vous de la situation ?

Lorsque vous ajoutez le rôle Hyper-v depuis SCVMM 2012/2012 R2, ce dernier ne vous installe pas les outils d’administration sur votre hyperviseur étant donné que le but de VMM est de ne plus passer par Hyper-v Manager mais depuis la console VMM.

 

Bon courage pour la suite …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Au sein d’une infrastructure de développement Hyper-v 2012 R2, j’ai pu rencontré l’erreur cauchemardesque suivante:

 

You have a Windows Server 2012-based or Windows Server 2012 R2-based computer that is configured together with one or more load balancing and failover (LBFO) teams

A Hyper-V virtual switch is bound to one of the LBFO teams

 

 

Log Name: System
Source: Microsoft-Windows-Hyper-V-VmSwitch
Date: 9/5/2014 6:14:12 PM
Event ID: 106
Task Category: None
Level: Error
Keywords:     
User: SYSTEM
Computer: Server1.contoso.com
Description:
Available processor sets of the underlying physical NICs belonging to the LBFO team NIC /DEVICE/{EC20D5A1-E73E-4148-83C2-4989AFCE2E33} (Friendly Name: Microsoft Network Adapter Multiplexor Driver #3) on switch 4E936889-877B-4390-9DC1-F218A1A9D6B8 (Friendly Name: Contoso_LAN) are not configured correctly. Reason: The processor sets overlap when LBFO is configured with sum-queue mode

 

Log Name: System
Source: Microsoft-Windows-Hyper-V-VmSwitch
Date: 9/5/2014 6:14:12 PM
Event ID: 106
Task Category: None
Level: Error
Keywords:     
User: SYSTEM
Computer: Server1.contoso.com
Description:
Available processor sets of the underlying physical NICs belonging to the LBFO team NIC /DEVICE/{EC20D5A1-E73E-4148-83C2-4989AFCE2E33} (Friendly Name: Microsoft Network Adapter Multiplexor Driver #3) on switch 4E936889-877B-4390-9DC1-F218A1A9D6B8 (Friendly Name: Contoso_LAN) are not configured correctly. Reason: The processor sets are not identical when LBFO is configured with min-queue mode

 

 

Si vous avez déjà rencontré cette problématique, n’hésitez pas à vous reporter sur la Knowledge Base suivante: http://support.microsoft.com/kb/2974384/en-us

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Messieurs les Hyper-v aficionados …

 

Au cas où vous ne le sauriez pas, la communauté informatique a connu de graves problèmes ces derniers mois sur leur infrastructure Hyper-v quand cette dernière disposait de carte réseau Emulex:

http://blogs.emulex.com/implementers/2014/06/19/microsoft-windows-20122012-r2-hyper-vms-losing-network-connectivity-workaround/

 

 

Il y a 10 jours environ, nous avons reçu une bonne nouvelle qui allait enfin nous permettre de stabiliser nos plateformes de virtualisation. HP a sorti des nouveaux drivers et firmwares pour les environnements Hyper-v 2012 et 2012 R2 ayant des cartes Emulex:

 

 

Bon téléchargement à tous …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

On me demande souvent quelles sont les Bonnes Pratiques lorsque l’on souhaite déployer une infrastructure de virtualisation Hyper-v 2012 R2 au sein d’un S.I. J’ai donc décidé de les transmettre par écrit afin que vous puissiez les appliquer …

 

 

Les hôtes de virtualisation

  • Utiliser le mode Core pour réduire les attaques et sécuriser la plateforme
  • Mettre à jour les hôtes de virtualisation (http://bit.ly/1kx0yYS)
  • Installer les hotfixes liés à Hyper-v et au Cluster (http://bit.ly/1z5BfCw)
  • Installer la dernière version du BIOS et des matériels
  • Joindre les hôtes au domaine (http://bit.ly/1CvGhhq)
  • Désactiver la redirection des imprimantes en RDP sur les hôtes
  • Installer uniquement le rôle Hyper-v et Failover Cluster – MPIO
  • Exclure les fichiers liés à Hyper-v dans l’antivirus (http://bit.ly/1v7MtHi)
  • Définir le chemin par défaut des VHD/VHDX sur un disque hors OS
  • Exécuter des compteurs de performance (http://pal.codeplex.com)

 

 

Le réseau

  • Avoir la dernière version de driver et les bons firmware pour les NIC
  • Utiliser des adresses IP fixes
  • Désactiver le TCP Chimney Offload lors de Teaming logiciel WS 2012 R2
  • Définir les Jumbo Frames à 9000 ou 9014 pour les CSV, iSCSI et LM
  • Mettre en priorité la carte réseau de management dans l’ordre de binding
  • Ne pas utiliser de Teaming de cartes pour l’iSCSI
  • Définir correctement l’infrastructure réseau CNA (http://bit.ly/1A4TcSv)
  • Utiliser des NIC SR-IOV dans les VM lors de Team « switch-dependent » au sein d’un OS invité
  • Décocher « Allow management operating system to share … adapter »
  • Activer VMQ sur les cartes réseaux supportant la technologie et utilisant un switch virtuel externe
  • Définir les ports physiques du switch en mode Trunk sur lesquels l’hôte est connecté en cas d’utilisation de Teaming « switch-dependent »

 

 

Le stockage

  • Utiliser du NTFS pour les CSV (http://bit.ly/1y9ODIO)
  • Utiliser avec précaution l’utilisation de snapshot
  • Utiliser de préférence un format 64K pour les disques dédiés aux VHD/VHDX
  • Vérifier les seuils d’espaces libres sur les CSV
  • Ne pas configurer manuellement le fichier de pagination sur les hôtes
  • Définir le réseau préféré pour le trafic CSV (métrique la plus basse)
  • Définir le réseau pour les communications Live Migration
  • Exécuter l’assistant de validation de cluster pour vérifier l’état du cluster

 

 

Hyper-v Replica

  • Exécuter Hyper-v Replica Capacity Planner (http://bit.ly/1yqraAK)
  • Autoriser les ports 80 et 443 pour le trafic
  • Utiliser de préférence la compression pour le trafic de réplication
  • Installer les Services d’Intégration avant d’initier la première réplication
  • Réaliser des tests de Failover mensuellement
  • Configurer le rôle Hyper-v Replica Broker en cas de présence de cluster
  • Exclure la réplication des VHD/VHDX ayant le fichier de pagination sauf si celui-ci se trouve sur le système

 

 

Les machines virtuelles

 

 

A partir de ce soir, plus aucun prétexte pour ne pas avoir des plateformes Hyper-v 2012 R2 opérationnelles et optimales … Vous avez les cartes en mains.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir mes chers virtual addicts …

 

 

Je profite d’un moment de libre pour vous écrire quelques post sur le sujet qui me fait passionner depuis maintenant 6 ans: j’ai nommé la virtualisation. Le temps ne nous rajeunit pas … Bref !

 

Au mois d’Octobre, j’ai réalisé une étude de l’art sur la virtualisation avec Hyper-v 2012 R2 au sein d’un Grand Compte. Plus précisément, ce client dispose au sein de son Système d’Information plusieurs clusters Hyper-v 2008 R2 avec une baie SAN de type FCoE (Fibre Channel over Ethernet). Les plateformes physiques étant devenues insuffisantes en termes de ressources (croissance annuelle de 10% en termes de VM), le client souhaite renouveler son environnement virtuel au travers d’une étude comparant les bienfaits et les méfaits des serveurs blade et du FCoE.

 

Pour ne rien vous cacher, quand le client m’a confié cette tâche, je me suis dis que cela allait être compliqué de lister les avantages du serveur blade étant donné le fait que jusqu’à maintenant, je n’avais travaillé que sur du serveur rack mis à part une fois … De part mon expérience sur le serveur blade, j’avais plutôt été conquis par la puissance et les nombreuses fonctionnalités proposées par les blades. Mais au final, le rack était de loin mon favoris pour les raisons suivantes:

  • Le serveur peut être acheté chez IBM
  • Les cartes réseaux chez Emulex
  • Les cartes HBA chez QLogic
  • Le stockage chez DELL

 

Vous voyez où je veux en venir ? Lorsque nous souhaitons déployer une infra de virtualisation Hyper-v avec des serveurs rack, nous ne sommes pas fermés par un vendeur de matériel unique: nous pouvons construire nos serveurs comme nous le souhaitons et non comme le veut le vendeur tiers. Cela est surtout valable avec la version 2012 R2 d’Hyper-v et ses nombreuses fonctionnalités comme le Réseau Convergé que nous pouvons architecturer et construire à notre guise. Par ailleurs, ne prêtez pas attention aux quand dira-t-on sur le fait que les performances des serveurs racks ne sont pas optimales par rapport aux serveurs blades. Foutaise ! Je n’ai jamais obtenu de meilleures performances qu’avec des racks, bien sûr si la configuration est réalisée avec minutie et réflexion.

 

Bref … Pour en revenir à mon étude, je tenais à vous faire part de mon analyse:

 

 

Quels sont les avantages du Blade ?

  • Déployer pour les grosses infrastructures de virtualisation
  • Bénéficier d’un gain de place dans les salles machines
  • Consolider les ressources (stockage, réseau, source d’alimentation …)
  • Disposer de fonctionnalités de Failover et d’équilibrage de charges
  • Réduire la consommation d’électricité, de climatisation, de refroidissement
  • Réduire les coûts grâce à l’interface unique centralisée d’administration
  • Réduire le câblage (réseau, stockage, clavier, souris, alimentation …)
  • Ajouter ou enlever des serveurs à chaud au sein du châssis
  • Disposer d’un socle commun concernant les serveurs Blades

 

Quels sont les inconvénients du Blade ?

  • Solution assez onéreuse au vu des serveurs rack
  • L’ajout de modules ou de composants supplémentaires est cher
  • Obligation de remplir le châssis de Blade afin d’optimiser la rentabilité
  • Coût d’administration élevé si les administrateurs ne sont pas formés
  • La solution Blade du constructeur est fermée
  • Solution non flexible

 

 

Pour continuer sur mon analyse, je vous fais part de quelques retours d’exp. sur le sujet et les problématiques rencontrées sur les châssis composés de Blades.

 

L’étude de l’art réalisée, je devais passer au déploiement d’un POC Hyper-v 2012 R2 associé à du SCVMM 2012 R2 sur ce fameux châssis composé de Blades avec le stockage SAN FCoE de la même marque que les serveurs. Résultat des courses: le POC n’est toujours pas monté du fait de nombreux problèmes rencontrés sur tous les matériels composant l’infrastructure de virtualisation. Même les firmware mis à jour n’ont rien donnés … Sur une autre expérience similaire, j’avais rencontré des problèmes de stockage liés au firmware sur une infrastructure Blade. Enfin, l’un de mes collègues MVP m’a rapporté qu’il avait rencontré également de gros soucis de drivers sur les cartes réseaux provoquant des écrans bleus sur tous les Blades du châssis. Résultat: il a fallu installer quelques 1.500 firmwares pour rétablir toute la plateforme de virtualisation.

 

Vous me direz que l’on peut également vivre des mésaventures avec les serveurs Rack ! Je vous dirai alors OUI vous avez raison, cela est possible mais pas tant et moins complexes.

 

 

CONCLUSION:

Quels sont les avantages et les inconvénients du Blade ? Plusieurs sons de cloche existent sur le sujet. Il y en a qui ne jureront que par les serveurs rack et d’autres qui ne feront l’éloge que de la solution blade. En réalité, tout dépend du besoin et des attentes du client. En revanche, il est important de stipuler que la solution du Blade est implémentée la plupart du temps au sein de grosses infrastructures de virtualisation (au minimum 400 VM). Enfin, et cela je le remarque chez mes clients, les entreprises françaises sont très traditionnalistes en ce qui concerne la mise en place de nouvelles solutions et de technologies au sein de leur S.I, ce qui signifie que les serveurs racks sont les ¾ du temps choisis.

Pour donner mon avis sur la question, je suis vraiment partisan des rack pour toutes les raisons invoquées ci-dessus. J’ajouterai également toute la notion de prix élevé pour pas grand chose de plus …

 

 

 

Pour vous présenter rapidement quel type de stockage est le plus implémenté au sein des entreprises, je vous ai fais un petit schéma:

 

Untitled

 

 

J’espère que cela vous a convaincu ou conforter dans vos choix … Maintenant, vous connaissez mon point de vue et mon avis sur la question.

 

Bonne soirée.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Chers compatriotes virtuels …

 

La semaine dernière, je me suis connecté sur mon compte MSDN afin de récupérer la dernière version de Windows Server Technical Preview. En naviguant sur toutes les pages, j’ai découvert l’image ISO de Windows Server 2012 R2 avec toutes les mises à jour intégrées.

 

Par ailleurs, cela faisait longtemps que je souhaitais formater mon super portable Lenovo W530 composé de:

  • 2 x 256GB de disque dur en SSD
  • Processeur Core i7
  • 32 GB de RAM

 

Etant donné que j’ai retiré mon lecteur de DVD pour mettre un disque dur SSD de 256GB, je me suis retrouvé coincé avec mon ISO fraichement téléchargée de mon portail MSDN. Comment allais-je faire pour formater ce foutu portable ? J’ai pensé à installer une machine virtuelle toute neuve en sysprépant le VHDX et en faisant du Boot from VHDX mais trop long à mettre en place. J’ai donc abandonné. Après mes différentes pistes mises au clair, je me suis enfin souvenu qu’il existait un outil  Microsoft gratuit permettant de créer une clé bootable à partir d’une ISO: je veux parler bien sûr de Windows 7 USB/DBD Download Tool.

 

Une fois installée sur mon serveur (je vous passe les étapes Next - Next - Finish), j’ai pu rendre ma clé USB bootable comme ceci:

 

  1. Choisir l’image ISO de WS 2012 R2 avec toutes les updates

    1


  2. Choisir le type de média que vous souhaitez utiliser (cliquer sur USB)

    2 


  3. La clé USB sélectionnée, commencer la copie (cliquer sur Begin copying)

    3 


  4. La clé USB est en cours de création pour devenir bootable

    4


  5. L’opération s’est déroulée avec succès5

 

 

 

Résultat des courses, je n’ai plu qu’à prendre la clé USB bootable, la brancher sur mon W530 et spécifier au BIOS de démarrer dessus afin de débuter l’installation. Et 20 minutes plus tard, je me trouvais avec un laptop tout neuf et requinqué.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Good Evening tout le monde …

 

Vous savez, dans notre métier de Consultant Microsoft, nous avons parfois, voire souvent des missions d’audit et d’expertise à réaliser au sein de nos clients. C’est Fun et intéressant la plupart du temps.

 

En ce qui me concerne, l’audit et l’expertise sont devenus mon quotidien. Et qui dit audit répété ou expertise, il faut créer ses outils ou utiliser PowerShell. Avec mes missions, j’ai appris à aimer le scripting et sa force d’exécutions. Pour ne rien vous cacher, dans une de mes dernières missions, je devais créer un script PS qui devait traiter les postes clients reliquats n’ayant pas le client SCCM 2012:

  • Créer un fichier texte avec tous les noms des PC
  • Activer certains services (dus à la sécurité)
  • Créer un répertoire sur le poste local
  • Copier le client SCCM 2012 sur chaque poste
  • Vérifier la présence ou pas d’un client SCCM
  • Installer le client SCCM 2012 si celui-ci n’est pas présent
  • Vérifier la bonne version déployée
  • Désactiver les services
  • Créer un LOG en fonction de la date et de l’heure

 

Je vous simplifie le script pour ne pas tout dévoiler mais je peux vous assurer que cela fait travailler vos neurones et surtout, cela vous fait mettre les mains dans le cambouis et le debug de PowerShell. Et bien je peux vous promettre que j’ai pris énormément de plaisir à réaliser ce script …

 

Dans mes missions Hyper-v et SCVMM, je me suis habitué également à utiliser du PowerShell pour réaliser certaines choses lors d’un audit ou dans le déploiement de l’infrastructure de virtualisation. Récemment, j’ai du faire un audit Hyper-v 2k12 R2 et VMM 2k12 R2. Dans l’enchainement des tâches à vérifier, il vous faut passer par la case Services d’Intégration: s’assurer que toutes les machines virtuelles de votre plateforme aient bien la dernière version.

 

Etant donné que mon client avait un cluster Hyper-v, j’aime bien avoir le nom des machines virtuelles hébergées sur ce dernier via la cmdlet Get-ClusterGroup:

 

1 

 

 

En revanche, comme vous pouvez le constater, lorsque l’on tape cette commande, le résultat affiche toutes les ressources hébergées sur le cluster. Ce n’est pas ça que je veux … Je souhaite uniquement le nom des VM avec leur version des IC. Je vais devoir alors mettre en place un “filtre” pour n’avoir que ce que je demande:

Get-ClusterGroup | Where-Object {($_.Name –notlike “Available Storage”) –and ($_.Name –notlike “Cluster Group”)} | Get-VM | Format-Table Name, IntegrationServicesVersion

2

 

 

Et voilà le tour est joué … J’ai bien obtenu le nom de mes machines virtuelles avec la version des Services d’Intégration installée.

 

Un petit conseil pour la route: ne surestimez pas le pouvoir de PowerShell. Il vous sauvera la vie quotidiennement dans votre métier informatique.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Oyé oyé tout le monde …

 

Il n’y a pas si longtemps, je suis parti en prestation chez un client pour réaliser un audit de l’architecture de virtualisation Hyper-v 2012 R2 – SCVMM 2012 R2 devant être mise en place prochainement.

 

Avant mon arrivée, le client a mis en place un mini POC composé d’un cluster deux noeuds en Windows Server 2012 R2 avec un serveur SCVMM 2012 R2 devant au final administrer et gérer l’ensemble des futurs cluster répartis sur plusieurs sites.

 

Pendant ma prestation, à un moment donné, le client réalise des opérations sur la console VMM afin de tester quelques fonctionnalités. Quelques minutes plus tard, je le vois soupirer et ennuyé … Après lui avoir demandé ce qu’il se passait sur ma solution préférée, ce dernier me dit qu’il tente de réaliser un Live Migration d’une VM sur un noeud du cluster depuis la console VMM mais cela lui génère une erreur dont il ne comprend pas la cause. Je jette donc un coup d’oeil aux Jobs VMM:

 

BLOG1

 

 

En regardant de plus près, il est évident qu’il y a bien une erreur et que le LM n’a pas fonctionné mais pourquoi ? Alors là, je n’en ai aucune idée … Pas très parlant vous me direz les amis. Quand c’est comme ça, j’ouvre une session RDP sur un des noeuds Hyper-v afin d’en savoir plus au travers de la console Failover Cluster. Il se peut parfois que cette dernière vous donne des informations plus parlantes sur des opérations réalisées au sein de votre cluster.

 

En ouvrant donc la console Failover Cluster et en naviguant dans les messages de Logs je tombe nez à nez avec l’erreur suivante:

 

BLOG2

 

Event ID: 21502

The virtual machine is using processor-specific features not supported on physical computer. To allow for migration of this virtual machine to physical computers with different processors, modify the virtual machine settings to limit the processor features used by the virtual machine.

 

 

En lisant le message, on comprend tout de suite d’où vient l’erreur: l’hôte Hyper-v sur lequel le client fait un Live Migration ne dispose pas du même processeur que son prédécesseur. Résultat des courses, la machine virtuelle ne peut pas réaliser de migration à chaud en cas de crash matériel. Par conséquent, je demande au client si tous les noeuds de son cluster ont bien la même configuration matérielle. Et à ma grande surprise, il me dit que NON ! Et bien la voici votre erreur …

ATTENTION !

Il est important d’avoir des serveurs iso-configuration lorsque vous mettez en place un cluster Hyper-v

 

 

Ne vous inquiétez pas ! Rien n’est perdu … Il existe une solution mais pour cela il va falloir éteindre la machine virtuelle afin d’éditer ses paramètres Processeur. En effet, il existe une option dans la configuration matérielle du processeur stipulant qu’un Live Migration peut s’effectuer même si les hôtes n’ont pas la même version de processeur:

 

BLOG3

 

 

Par conséquent, comme je vous le disais ci-dessus, il faut que la VM soit éteinte si vous souhaitez cocher la case en question:

 

BLOG4

 

 

Maintenant que cela est configuré, vous pouvez faire un test de Live Migration sur votre machine virtuelle afin de valider le déplacement à chaud:

 

BLOG5

 

 

Et voilà le tour est joué … La prochaine fois, vous saurez quoi faire au cas où vous verrez ce message dans le cadre d’un déplacement à chaud.

 

Bonne nuit chers amis et que la virtualisation soit avec vous …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonjour chers amis …

 

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas écris un mini post mais j’étais très débordé sur plusieurs sujets. Certaines personnes m’ont demandé où j’étais et si je comptais continuer à blogger : la réponse est OUI.

 

Pour en revenir à nos moutons et à mon sujet, je tenais à vous annoncer avec un peu de retard que Microsoft vennait de sortir son fameur outil gratuit nommé:

Microsoft Virtual Machine Converter (MVMC) dans sa version 3.0

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet outil magique, il s’agit d’un assistant permettant de convertir des VM VMware vers des hôtes Hyper-v et/ou Azure. Pas mal du tout non ? Mais attendez la suite …  Dorénavant, la version 3.0 permet de convertir une machine physique (Windows Server 2008 et antérieur pour la partie serveur - Windows Vista et antérieur pour la partie poste client) vers une machine virtuelle Hyper-v.

 

 

MVMC3

                                                     Assistant MVMC 3.0

 

 

Nouvelles fonctionnalités dans MVMC 3.0
  • Convertir une machine physique vers une VM Hyper-v

 

Fonctionnalités Standards
  • Convertir des VMDK vers des VHD et les uploader vers Azure
  • Support native de PowerShell pour de l’automatisation de tâches
  • Convertion des environnements Linux supportée de Vmware à Hyper-v
  • Convertion des VM en mode offline supportée
  • Support des VHDX
  • Convertion de VM vSphere 5.5, 5.1 et 4.1 vers des VM Hyper-v
  • Support de WS 2k12R2, 2K12 et Windows 8 pour la convertion
  • Convertir des VM ESX vers des hôtes Hyper-v 2k12R2, 2K12 et 2k8R2 SP1
  • Convertion des paramètres virtuels de VM ESX vers Hyper-v supportée
  • Ajouter une vNIC à une VM convertie sur l’hôte Hyper-v
  • Simplifier les convertions de VM grâce à une UI
  • Convertion des environnements Windows Server et Linux supportée
  • Convertion des VMDK vers des VHD en mode offline via PowerShell
  • Désinstallation des VMware Tools avant une convertion online

 

 

Je suis sûre que l’outil vous fait rêver en lisant ces quelques lignes … Vous n’avez plus aucuns prétextes dorénavant pour utiliser des environnements VMware dans votre Système d’Informations. Tout est fait pour que vous puissiez déployer toute une infrastructure de virtualisation Hyper-v.

 

Pour de plus amples renseignements, MVMC 3.0 est disponible sur MS Download.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

Aujourd’hui fut une grande et belle journée pour la communauté Microsoft. Ne me dites pas s’il vous plait que vous ne savez pas pourquoi ! Si vous ne savez pas la raison et bien je vais vous le dire:

La sortie de Windows Server Technical Preview

 

 

Comme vous pouvez vous en douter, je n’ai pas tardé à télécharger le nouvel OS serveur de Microsoft. Cerise sur le gâteau, j’ai aussi récupéré la version Technical Preview de la gamme System Center. Et tout cela grâce à MSDN …

 

Untitled

 

 

Pour avoir de plus amples renseignements sur toutes les nouvelles fonctionnalités de Windows Server, je vous joins un lien utile et instructif. Je vous laisse découvrir et tester tout ceci car je n’ai pas le droit (sous NDA) de vous divulguer encore des paramètres de configurations liées aux nouvelles fonctionnalités.

http://technet.microsoft.com/en-us/library/dn765471.aspx

 

En tous les cas, restez tuned car une série de billets vont arriver …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

Maintenant que les vacances sont finis, je reprends au fur et à mesure du poils de la bête en lisant tout ce que je trouve sur le Net concernant Windows Azure et les technologies proposées par Windows Server 2012 R2.

 

En ce moment, j’ai 3 liens de prédilection sur le sujet:

 

 

Dans les prochaines semaines, je vais vous écrire quelques articles StepByStep sur la mise en place du WAP au sein d’un environnement Cloud IaaS WS 2012 R2. Il vous suffit de rester tuned et aware quand tout cela sortira dans les bacs.

 

En attendant, je vous souhaite bonnes lectures et surtout restez très attentif aux autres sujets qui arrivent sur la sauvegarde d’une plateforme Hyper-v avec l’outil de backup ALTARO …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

J’espère que vos vacances se sont bien passées et que vous êtes en forme pour la rentrée scolaire informatique.

 

Dans un de mes derniers article, j’avais écris un premier post sur la fonctionnalité Hyper-v Replica fournie nativement dans Windows Server 2k12 et Server 2k12 R2. Si vous souhaitez découvrir la première partie, je vous invite à cliquer ici.

 

En ce qui concerne mon infrastructure d’Hyper-v Replica, je dispose pour les tests de l’infrastructure suivante:

  • 1 cluster 2 nœuds Hyper-v 2k12 R2 sur mon site de production
  • 1 hôte Hyper-v 2k12 R2 sur mon site de secours

 

Pour rappel, lorsque vous disposez d’un cluster Hyper-v au sein de votre infrastructure, que ce soit sur votre site de production ou sur votre site de secours (PRA), il vous faut configurer un rôle Hyper-v Replica Broker au travers de la console Failover Clustering afin de “prévenir” l’ensemble des hôtes Hyper-v du Replica d’une machine virtuelle pour que celle-ci puisse être hébergée sur n’importe quel nœud.

 

Vous l’aurez constaté, je vais devoir configurer un rôle Hyper-v Replica Broker sur mon site de production afin d’indiquer la réplication de mes VM au sein du cluster. Bon et bien nous sommes enfin prêt pour mettre les mains dans le cambouis …

 

  • Ouvrir la console Failover Cluster et cliquer sur Roles

HVRB01

 

  • Faire un clic droit sur Roles et cliquer sur Configure Role

HVRB02

 

  • L’assistant affiche une description des rôles HA. Cliquer sur Next

HVRB03

 

  • Choisir le rôle Hyper-v Replica Broker et cliquer sur Next

HVRB04

 

  • Nommer la ressource Replica Broker et attribuer une IP. Cliquer sur Next

HVRB05

 

  • Cliquer sur Next pour débuter la configuration du Replica Broker

HVRB06

 

  • La configuration faite avec succès, cliquer sur Finish pour fermer l’assistant

HVRB07

 

  • Le rôle Replica Broker est donc présent et en ligne dans la console

HVRB08

 

 

 

Maintenant que mon Replica Broker est créé sur mon cluster de Production c’est à dire le site A, je vais pouvoir configurer mon hôte Hyper-v dédié au PRA afin que ce serveur de virtualisation puisse recevoir les réplicas des machines virtuelles.

Il est important de bien comprendre le fait que le HVR Broker créé sur le cluster de production devra être renseigné sur notre hôte hyper-v de PRA et vice versa afin de permettre la réplication inversée: autoriser le réplica du site de secours vers le site principal.

 

Par conséquent, je vais renseigner mon hôte Hyper-v de PRA sur mon HVR Broker hébergé sur mon cluster de Production.

 

 

  • Faire un clic droit sur la ressource Broker et cliquer sur Replication Settings

HVRB09

 

  • La fenêtre de configuration du Broker s’affiche

HVRB10

 

  • Cliquer sur Enable this cluster as a Replica Server

HVRB11

        
         Comme vous pouvez le constater, plusieurs options sont disponibles pour le
         paramétrage de la réplication. Nous allons donc les détailler ci-dessous :


         - Authentication and ports 
         La réplication de machines virtuelles peut s’effectuer de 2 façons différentes,
         en fonction des besoins et de la politique de sécurité de l’entreprise: soit en
         utilisant Kerberos via le protocole HTTP (port 80) soit en utilisant un certificat
         via le protocole HTTPS (port 443).
         En fonction de la criticité de vos données, il vous faudra mettre en place une
         stratégie de réplication afin de répondre à la politique IT de sécurité.

    

        - Authorization and storage 
        Hyper-v Replica permet de spécifier quel(s) serveur(s) est/sont autorisé(s) à
        répliquer les machines virtuelles et donc les données au sein du cluster.

        Allow replication from any authenticated server
        En fonction de votre stratégie, vous pourrez autoriser la réplication à partir
        de n’importe quel serveur authentifié vers un emplacement unique défini.

        Allow replication from the specified servers 
        Cette option permet de répliquer les machines virtuelles sur des stockages
        spécifiques et dédiés. Cela vous permettra ainsi de sauvegarder les réplicas
        sur un stockage en fonction de la criticité de la VM. Par exemple, il est tout à
        fait possible de sauvegarder vos bases SQL dans un emplacement hébergé
        sur un disque SSD afin d’avoir des I/O performantes.

 

 

 

 

  • Etant donné que je  n’ai pas d’autorité de certification sur ma nouvelle infra, je vais sélectionner de répliquer mes VM au travers du port 80 via du HTTP. J’ai souhaité que mes réplicas du site de secours (PRA) soient hébergés sur mon Cluster Shared Volume 1

HVRB17

 

 

 

Mon HV Replica Broker configuré sur mon cluster, je peux paramétrer mon hôte de PRA comme ceci:

  • Ouvrir le Gestionnaire Hyper-v et cliquer sur Hyper-v Settings

HVRB18

 

  • Cliquer sur Replication Configuration et configurer l’authentification

HVRB19

 

  • Cliquer sur Add afin de spécifier la ressource HVR Broker créée sur le cluster du site A et l’emplacement des réplicas

HVRB20

 

 

 

Voilà mes chers virtual addicts … Votre infrastructure est prête à recevoir tous vos réplicas de machines virtuelles sur les deux sites. Par conséquent, ce post touche à sa fin mais ne vous inquiétez pas, je reviendrai avec la suite.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

More Posts Next page »