Bonjour Bonjour à la planète virtuelle …

 

Je tenais à vous informer d’une interview donnée à la plateforme Ciscope.fr cette semaine lors d’un déjeuner. Vous pourrez y découvrir une petite présentation de votre magicien Hyper-v préféré ainsi q’une présentation de ma société V.START.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Ciscope, il s’agit d’un réseau social spécialisé dans toutes les relations inter-entreprises du secteur des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC).

 

J’espère que l’interview vous plaira et que vous pourrez faire connaissance et bien entendu découvrir qui nous sommes … Nous serons en tous les cas ravis de vous rencontrer prochainement.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bon voilà le dernier post 4ème du nom sur comment gagner du temps grâce au MDT Power lors de vos déploiements d’environnements Hyper-v à x serveurs.

 

 

1. CREER UN MEDIA USB

MDT permet de déployer vos images customisées à partir de périphériques médias de type DVD, disques dur ou clés USB. Tout l’environnement MDT (WinPE, l’image, les drivers, les applications …) se trouveront sur le média afin de simplifier la tâche à l’administrateur.

Plus précisément, toutes les tâches du déploiement se feront grâce au profil précédemment créé incluant l’ensemble de l’environnement MDT.

 

  • Faire un click droit sur Media pour en créer un

01

 

  • Renseigner le chemin du Media et SURTOUT sélectionner le profil créé dans les précédentes étapes

06

 

  • Cliquer sur Next pour créer le média USB

02

 

  • Le média créé avec succès cliquer sur Finish

04

 

 

 

2. MODIFIER LE MEDIA USB

  • Faire un click droit sur le média et cliquer sur Properties

01

 

  • Dans l’onglet General, décocher
    - Generate x86 boot image
    - Generate a Lite Touch bootable ISO image 

02

 

  • Cliquer ensuite sur Windows PE pour réaliser les tâches suivantes
    1. Sélectionner la plateforme x64
    2. Cliquer sur Drivers and Patches
    3. Sélectionner le profil que créé précédemment
    4. Cliquer sur Include all drivers from the selection profile
    5. Cliquer sur OK

07

 

  • Les options modifiées, faire un click droit sur le média et cliquer sur Update Media Content

03

 

  • Cliquer sur Finish pour fermer l’assistant

04

 

 

 

3. RENDRE LA CLE USB BOOTABLE

Nous entrons dans la dernière étape de notre article. Cette partie va vous décrire de façon détaillée comment rendre votre clé bootable afin de déployer la WIM.

 

  • Ouvrir un prompt DOS en Administrateur et taper la commande DISKPART

01

 

  • Taper la commande list disk pour vérifier la présence de la clé USB

02

 

  • Taper les commandes suivantes dans l’ordre suivant
    - select disk 1 pour sélectionner la clé USB
    - clean pour nettoyer la clé
    - create partition primary pour créer une partition sur la clé
    - active pour rendre la clé active
    - format fs=ntfs pour formater la clé en NTFS

03

 

  • Taper les commandes suivantes dans l’ordre suivant
    - assign pour assigner la lettre de lecteur
    - exit pour quitter DISKPART

04

 

  • Copier tout le contenu du dossier Content (situé dans le dossier Media) à la racine de la clé USB

05

 

 

 

Mes chers amis l’article touche à sa fin …  J’espère qu’il vous a plu et que dans un futur proche vous en ferez un bon usage afin de démontrer à votre client votre expertise et votre réflexion afin de lui faire gagner de l’argent et du temps.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Good Morning mes virtual addicts …

 

Me revoilà avec la troisième partie sur comment gagner du temps avec MDT lors de vos déploiements d’infrastructure Hyper-v 2012 en mode cluster. Pour faire un bref résumé de la situation, je devais un cluster Hyper-v 6 noeuds chez un client. Je me suis alors demandé comment gagner du temps et déployer l’environnement aussi rapidement que possible …  J’ai alors pensé à déployer un serveur référent avec tous les drivers - hotfix - patch - rôlés et fonctionnalités afin de capturer le fameux hôte de virtualisation et récupérer l’image WIM associée.

 

Après cette opération, il suffisait tout simplement d’importer la WIM dans MDT et de créer un média afin de déployer l’image sur tous les serveurs via des clés USB.

ATTENTION !

Je vous fais part de mon retour d’expériences sur le sujet … J’ai tenté de déployer mon image customisée sur mes serveur IBM X3530 M4 via des clés USB3. Le serveur bootait bien dessus mais rien ne se passait. Hum bizarre comme même. Ayant une clé USB2 sous le coude j’ai donc tenté de refaire la manipulation et là BINGO. Tout ça pour dire que l’USB3 n’est pas supporté en périphérique de boot sur les IBM X3530.

 

 

Trève de bavardages David. Je pense que vous attendez maintenant la suite des opérations pour continuer votre expérience MDT et accélerer vos déploiements.

 

 

 

1. CREER LA SEQUENCE DE TACHE

Une séquence de tâches est, comme son som l’indique, une suite de tâches faite par MDT pour permettre le déploiement des machines dans votre environnement. Il existe plusieurs sortes de tâches en fonction de votre besoin :

  • Sysprep and capture
    cela permet de capturer votre machine et d’avoir une image WIM au travers de MDT par le biais d’un sysprep
  • Standard client task sequence
    cela permet de faire un backup des données, de déployer la WIM sur toutes les machines, d’installer les pilotes, les applications …
  • Standard client replace task sequence
    cela permet de faire un backup des données de l’utilisateur
  • Custom task sequence
    cela permet de déployer seulement l’ensemble des applications. Il est aussi possible de customiser cette tâche à votre guise
  • Lite Touch OEM task sequence
    cela permet de charger l’image sur les machines. Après cela, l’utilisateur doit entrer manuellement des informations telles que le mot de passe …
  • Standard server task sequence
    cela permet de réaliser les mêmes tâches que la Standard client task mais là pour un serveur

 

La théorie terminée, nous pouvons passer à la pratique :

 

  • Faire un click droit sur Task Sequence pour en créer une nouvelle

01

 

  • Donner l’ID et le nom de votre séquence de tâche

02

 

  • Sélectionner la séquence Standard Client Task Sequence

03

 

  • Sélectionner l’image WIM importée customisée

04

 

  • Ne pas spécifier de clé produit pour le moment

05

 

  • Ne pas spécifier de mot de passe Administrateur pour le moment

06

 

  • Cliquer sur Next pour créer la séquence de tâche

07

 

  • Cliquer sur Finish lorsque la création s’est déroulée avec succès

08

 

Maintenant que notre séquence de tâche est créée, nous devons encore modifier quelques paramètres à l’intérieur.

 

 

 

2. MODIFIER LA SEQUENCE DE TACHE

  • Faire un click droit sur la séquence de tâche et cliquer sur Properties

01

 

  • Déployer le dossier Preinstall et cliquer sur Enable Bitlocker. Dans l’encart de droite, cliquer sur l’onglet Options

02

 

  • Cliquer sur Disable this step

03

 

  • Répéter les mêmes étapes pour le dossier State Restore

04

 

 

 

3. CREER UN PROFIL MDT

Un profil va vous permettre de segmenter vos déploiements en fonction de toutes vos entités métier (DRH, Marketing, IT …) ou en fonction de vos différents types de systèmes d’exploitation.

 

  • Faire un click droit sur Selection Profiles et créer en un nouveau

01

 

  • Donner un nom à votre profil

02

 

  • Sélectionner les dossiers devant être intégrés au profil (OS + TS)

03

 

  • Cliquer sur Next pour créer le profil

04

 

  • Une fois la création terminée avec succès cliquer sur Finish

05

 

 

 

Notre troisième partie touche à sa fin … Mais rassurez-vous: la suite arrive as soon as possible les amis.

 

Bon courage dans vos déploiements avec MDT 2013 …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Me revoici avec la deuxième partie sur comment capturer un serveur Hyper-v 2012 de référence avec l’ensemble de ses drivers - hotfix - rôles grâce à MDT 2013. Les personnes se demandant si elles vont mettre les mains dans le cambouis, je leurs répondrai la chose suivante:

Ne vous inquiétez pas ! Mettez vos gants de super pouvoir à la Syndome ou Iron Man et venez plongez dans le monde du MDT Powa …

 

ATTENTION !

Pour continuer dans notre série de déploiement, il vous faut avant tout capturer l’image du serveur de référence Hyper-v 2012 au format WIM à l’aide de Windows ADK 8.1.

 

 

 

1. CREER LE PARTAGE DE DEPLOIEMENT

Comme je vous l’expliquai plus haut, il vous faut avant toute chose capturer votre image de l’hyperviseur pour pouvoir continuer dans notre StepByStep. Beaucoup de blogs traitent parfaitemet ce sujet …

 

Une fois l’image WIM récupérée en bonne et dûe forme, nous allons pouvoir créer le partage de déploiement sur MDT 2013. Le dossier que nous allons créer est un partage contenant toutes linformations nécessaires à notre déploiement MDT:

  • Le(s) système(s) d’exploitation
  • Les drivers des machines
  • Les applications
  • Les Task Sequence

 

  • Ouvrir la console MDT et faire un click droit sur Deployment Share

00

 

  • Définir le chemin du partage de déploiement

01

 

  • Donner un nom au partage

02

 

  • Donner une description au partage

03

 

  • Ne pas personnaliser les options et cliquer sur Next

04

 

  • Cliquer sur Next pour commencer la création du partage

05

 

  • Cliquer sur Finish une fois la création terminée avec succès

06

 

 

 

2. IMPORTER L’IMAGE WIM

Maintenant que notre partage est créé, nous allons pouvoir importer l’image WIM de référence de nos hyperviseurs Hyper-v 2012 IBM X3530 M4 au sein de MDT.

ATTENTION !

Avant d’importer l’image, créez un dossier “Windows Server 2012” sur la machine d’administration de déploiement et copiez y les sources.

 

 

  • Dans la console MDT faire un click droit sur Operating Systems

01

 

  • Cliquer sur Custom Image File

02

 

  • Spécifier le chemin de l’image WIM

01

 

  • Cliquer sur la 2ème option afin de copier les sources de Server 2012

03

 

  • Donner un nom à votre image WIM

04

 

  • Cliquer sur Finish une fois l’importation réalisée avec succès

05

 

 

 

La deuxième partie touche à sa fin. J’espère que le sujet de l’article vous plait et que vous prendrez plaisir à le lire … Je reviens avec la troisième partie demain.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonjour mes chers compatriotes …

 

J’ai promis à un ami informaticien de publier l’article qui va suivre afin de lui faire découvrir la puissance de MDT (Microsoft Deployment Toolkit) et de lui faire part de la situation que j’ai vécue chez un client récemment.

 

 

1. PRESENTATION

Microsoft Deployment Toolkit, plus connu sous les initiales MDT, est un outil gratuit ou plutôt une suite d’outils permettant de déployer des images personnalisées ou pas sur vos postes de travail et serveurs. Plus précisément, MDT va permettre de créer et générer votre image référente (un master) d’entreprise en y incluant les pilotes associés au matériel, des logiciels, des scripts …

 

Une fois votre image créée et intégrée à l’environnement MDT, vous aurez le choix et la possibilité de générer un média afin de déployer vos machines au travers de clés USB ou via une image ISO gravée sur un média amovible.

 

 

2. LES MODES DE DEPLOIEMENT

MDT propose 3 types de déploiement :

  • Lite Touch Installation (sujet traité ici) est un mode permettant de déployer des images sur l’ensemble de vos machines sans avoir la nécessité d’avoir une infrastructure de déploiements de type SCCM. Les tâches peuvent être automatisées via les fichiers CustomSettings.ini et Bootstrap.ini. Il est tout à fait possible d’utiliser WDS pour l’opération de déploiement de l’image …


  • Zero Touch Installation est un mode de déploiement totalement automatisé utilisant une infrastructure SCCM existante couplée à MDT.


  • User Driven Installation est un mode de déploiement réalisé par l’utilisateur lui-même en lui permettant de migrer quand il le souhaite vers Windows 8. Ce mode repose également sur une infrastructure SCCM existante.

 

 

3. LES AVANTAGES ET FONCTIONNALITES

  • Accélerer les déploiements vers Windows 8 et Windows Server 2012
  • Automatiser le déploiement de logiciels
  • Disposer d’images customisées en fonction des besoins
  • Détection de plateforme x86 ou x64 pour déployer les pilotes adaptés
  • Des déploiements automatisés en couplant SCCM et MDT
  • Donner la possibilité aux utilisateurs d’initier leur migration

 

Pour en savoir davantage sur MDT, je vous invite à consulter la page suivante : http://technet.microsoft.com/fr-FR/windows/dn475741.aspx

 

 

Pour revenir à nos moutons, si je vous parle de MDT c’est pour une bonne raison. Je travaille également sur des missions orientées Poste de Travail (SCCM) mais là, je me suis confronté à une problématique intéressante. En effet, je devais il n’y a pas si longtemps déployer des infrastructures Hyper-v 2012 sur plusieurs sites en France et à l’étranger. Etant donné que le temps c’est de l’argent pour le client, je me suis demandé comment faire pour ne pas installer à chaque fois mon OS + les rôles associés + les fonctionnalités + les drivers et patchs + les MAJ … bref que de tâches répétitives et que des pertes de temps incroyables. Après réflexions, je me suis dis la chose suivante:

Pourquoi ne pas utiliser MDT pour capturer l’image cible complète d’un serveur hôte Hyper-v 2012 et la déployer par la suite sur les autres machines par le biais de clés USB afin de gagner du temps ?

 

Par conséquent, le but de cette série d’article vous montrera de façon détaillée la capture d’un serveur hôte Hyper-v 2012 IBM X3530 M4 avec MDT 2013 … Welcome dans le monde du déploiement.

 

 

4. INSTALLATION DE MDT 2013

La première étape consiste à installer MDT 2013 sur un poste d’administration de déploiement afin de piloter l’ensemble des tâches.

 

  • Exécuter le setup et cliquer sur Next

01

 

  • Accepter les termes de licences et cliquer sur Next

02

 

  • Laisser les paramètres par défaut et cliquer sur Next

03

 

  • Ne pas joindre le programme et cliquer sur Next

04

 

  • Cliquer sur Install pour lancer l’installation

05

 

  • L’installation terminée cliquer sur Finish

06

 

 

 

La première partie touche à sa fin mais rassurez-vous la seconde suit de suite …

 

Bon courage et bonne journée.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Good morning virtual addicts …

 

Comme promis je vous écris la deuxième partie de mes aventures cauchemardes sur la mise en place d’un PRA (Plan de Reprise d’Activité) sous Hyper-v 2012 et SC Virtual Machine Manager 2012 SP1.

 

Pour ceux n’ayant pas lu la premère partie, je vous invite à vous rendre sur la page suivante : http://bit.ly/1igcWcK

 

 

Lorsque vous mettez en place une infrastructure virtuelle hautement dispo sous Hyper-v digne de ce nom (cela dépend du besoin client bien évidemment) : cluster x noeuds avec 2 baies de stockage SAN en mode mirroring répartis sur 2 salles, il est indispensable de bien se poser toutes les bonnes questions, de vérifier qu’en cas de crash ou de destruction du premier site, la continuité de service de votre SI s’effectuera sans impacter votre coeur de métier et vos utilisateurs.

 

Lorsque mon client a souhaité déployer un PRA sur tous ses sites distants, je me suis remémoré une expérience passée chez un Grand Compte où j’avais effectué une mission similaire mais là entre 2 Datacenter : cluster 6 noeuds Hyper-v avec 2 baies de stockage EMC de type SAN en mode asynchrone. Nous avions préparé le terrain à l’avance en auditant les besoins, les configurations apportées, toutes les actions devant petre réalisées le jour J du test du PRA. Résultat des courses : cela a été un succès du fait de la coordination des opérations et des équipes.

 

Pour en revenir à nos moutons, il y a des actions importantes et primordiales qu’il vous faut prendre en compte :

  • Déployer un cluster avec un nombre de noeuds pair
  • Disposer de serveurs de marque identique et de même configuration
  • Se procurer des baies de stockage utilisant le mirroring
  • Installer tous les noeuds avec la même version d’OS
  • Avoir tous les noeuds à jour en termes de patchs et d’hotfix
  • Vérifier que le Live Migration fonctionne
  • Paramétrer les propriétés des VM lors de la bascule
  • Mettre en place les baies de stockage avec la fonction mirroring
  • Créer et déclarer les LUN de chaque côté avec les mêmes ID
  • Initialiser la synchronisation stockage

 

C’est à partir de ce moment que ce beau projet tourna au cauchemard … Je rentre donc dans les détails pour vous expliquer la tournure.

Pour information, heureusement que le PRA fut joué en environnements de développement afin de s’assurer de la solution pérenne.


Une fois l’infrastructure mise en place, nous avons joué avec le client la situation de PRA. Nous avons alors crashés volontairement la première baie de stockage afin de valider le fait que les LUN mirrorées prennent le relais sur la seconde baie et que le Live Migration bascule l’ensemble des VM sur les serveurs de l’autre salle. Le résultat fut catastrophique …

  • Perte de toutes les VM de tests
  • Impossibilité de les récupérer
  • Les machines virtuelles se sont mises en Save State
  • Les CSV n’ont pas récupéré le même nom de volume
  • Non synchronisation des LUN

 

 

Vous vous imaginez la situation et les sueurs froides commençant à couler le long de votre visage. Comment en était-on arrivé là ? La personne ayant mis en place le stockage vérifia pendant quelques minutes la configuration et là bingo. Les LUN mirrorées sur la seconde baie n’avaient pas le même ID que celles déclarées sur la première baie. Par conséquent, il était normal que les CSV prennent un autre nom de volume et donc que les VM ne soient plus accessibles et fonctionnelles : la configuration avait été modifiée …

 

En revanche, pourquoi mes machines virtuelles étaient-elles en Save State ? Pour rappel, j’ai déployé un environnement SCVMM 2012 SP1 pour gérer mon cluster et créer / gérer mes VMs. Normalement, en cas de crash d’un hôte physique, les VMs devaient :

  • S’éteindre proprement
  • Redémarrer automatiquement

 

J’ai donc affiché les propriétés de mes VMs et là j’ai remarqué que les choix voulus n’étaient pas paramétrés correctement. Plus précisément, en cas de crash de mon hôte Hyper-v 2012, la machine virtuelle se mettait en Save State. Pourquoi cela … Je me suis souvenu que ma VM avait été déployée via VMM et non via ma console Clustering. En effet, lorsque vous déployez un ordinateur virtuel depuis SCVMM, il s’avère que vous n’avez pas la possibilité de configurer les paramètres de “PRA” dans les propriétés de la VM en cas de panne d’un hôte de virtualisation. Le Save State était donc normal étant donné que les Settings par défaut étaient choisis.

 

 

 

Je vais donc vous décrire ci-dessous les solutions trouvées :

 

Situation 1

Les serveurs Hyper-v n’avaient pas accès sur Internet. Par conséquent, il m’était assez difficile de les mettre à jour. Comme vous le savez, lorsque l’on déploie une infra virtuelle hautement disponible, il y a plusieurs hotfix et patch Hyper-v-Cluster à installer sur tous les noeuds afin de corriger certains bugs stockage, réseau ou même système. Il me fallait donc absolument les déployer. Après réflexions, j’ai pu trouver un contournement. En effet, je disposais d’un serveur Hyper-v standalone en 2012 R2 ayant une patte sur Internet. J’ai donc créé un switch virtuel bindé sur la carte physique externer. Une fois le commutateur finalisé, je me suis empressé de déployer un serveur virtuel WSUS Windows Server 2012 paramétré avec deux cartes virtuelles : une sur le LAN entreprise et une sur l’extérieur. Grâce au WSUS, j’ai pu mettre à jour tous mes noeuds afin de bénéficier des derniers hotfix.

 

 

Situation 2

Lorsque vous mettez en place du mirroring stockage au niveau de 2 baies SAN, il est nécessaire et primordial que vos LUN déclarées sur les baies aient les mêmes ID afin qu’en cas de perte d’une première baie, la seconde prenne le relai avec les bons ID et récupère les mêmes noms de volumes au sein de votre cluster Hyper-v. Cela vous évitera ainsi de perdre l’intégralité de vos VMs étant donné qu’en cas de changement de noms de volumes, l’accès au VHDx sera modifié.

Pour faire suite à cette situation, je vous prépare un post sur comment les CSV se voient attribués leur nom au sein du cluster.

 

 

Situation 3

Comme indiqué ci-dessus, mes machines virtuelles se mettaient en Save State en cas de crashs d’un hôte de virtualisation Hyper-v, ce qui n’était pas souhaitable étant donné que dans cet état, la machine virtuelle crée un fichier VSV : celle-ci ne pouvait plus redémarrer étant donné que le nom de volume avait été changé par la mauvaise configuration de l’ID au niveau des LUN. Par précaution, j’ai ouvert la console Failover Clustering afin de modifier le comportement des VMs :

 

Untitled

 

Untitled1

 

 

Une fois toutes ces solutions mises en place, notre PRA a fonctionné parfaitement et le client a été super content.

 

J’espère en tous cas que mon post et mon expérience vous sera utile lorsque l’un de vos client vous demandera de mettre en place un PRA avec Hyper-v. En tous les cas, je vous souhaite bon courage …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Précieux

 

 

Je ne sais pas si c’est le cas pour vous mais à chaque fois que je mets en place des infrastructures de virtualisation Hyper-v 2012, je me demande et surtout les clients me demandent la liste des mises à jour / hotfix / patchs déployés pour :

  • Les hôtes Windows Server 2012
  • Le cluster Hyper-v

 

Je me suis donc décidé à poster CETTE liste tant précieuse aux yeux de tous les informaticiens déployant des clusters Hyper-v 2012.

 

Pour ce qui est des Security Updates et des Updates pour Windows Server 2012, je vous invite à vous procurer la liste sur mon OneDrive.

 

 

En revanche, pour les hotfix Hyper-v / Cluster, voici la liste :

Cluster

 

Hyper-v

 

Bon courage mes virtual fellows …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Voici le petit post du jour …

 

Juste pour vous prévenir que la documentation technique pour SCVMM 2012 a été mise à jour pour la version R2.

 

Je vous invite donc fortement à vous la procurer sur ce lien.

 

Bonne lecture …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Depuis un moment, vous vivez avec moi mes aventures et mes mésaventures sur le déploiement d’infrastructures de virtualisation sous Hyper-v et SCVMM. Pour les personnes qui me suivent quotidiennement, vous savez que je déploie toute une infra virtuelle sous Windows Server 2012 Hyper-v et SCVMM 2012 SP1.

 

Pour être plus précis, mon client souhaite mettre en place un cluster Hyper-v avec x noeuds en fonction de la taille et des besoins du site de ses filiales. Le dossier d’architecture rédigé, je m’occupe du déploiement d’un site en France composé de 6 noeuds pilotés par Virtual Machine Manager et répartis dans 2 salles afin d’avoir un PRA au sein de l’environnement.

 

Je vais rentrer un petit peu plus dans les détails …

 

  1. Matériel physique

    Les serveurs
    Nous avons choisi des serveurs (x6) IBM X3530 M4 avec les caractéristiques suivantes:
    -    2 x CPU E5-2430 à 2,2 GHz
    -    2 x HDD 300GB en mode SAS 2,5’’
    -    96GB of RAM
    -    1 x Ethernet card 2 ports + 1 x Ethernet card 4 ports
    -    1 x Emulex card 8GB dual port


    IBM

    Pour en savoir davantage sur ce modèle, je vous invite à consulter la page suivante: http://www-03.ibm.com/systems/fr/x/hardware/rack/x3530m4/





    Le stockage
    Nous avons choisi du Storwize v3700 avec les caratctéristiques suivantes:
    -    Double contrôleur
    -    19 x HDD de 900GB 10k tr/min
    -    HBA FC 8GB 4 ports
    -    Remote Mirroring


    Storwize1

    Pour en savoir davantage sur ce modèle, je vous invite à consulter la page suivante: http://www-03.ibm.com/systems/fr/storage/disk/storwize_v3700/





    Les switch
    Nous avons choisi des switch SAN FC avec les caratctéristiques suivantes:
    -    24 ports
    -    8 ports actifs
    -    8 x SFP 8 Gbps SW






  2. Architecture

    Comme je vous le stipulais au début de mon post, le client souhaite mettre en place un PRA au sein de ses filiales. L’infrastructure de virtualisation sera répartie dans 2 salles. Dans mon exemple, il y aura donc 3 serveurs Hyper-v dans la première salle et trois autres dans la deuxième. Pour bénéficier d’un PRA optimal, chaque salle a une v3700 mirrorée.


    ARCHI

 



 

    3.   Configuration Réseau 

          Comme vous le savez tous parfaitement, la sortie de Windows Server 2012
          a été remarqué pour les nombreuses améliorations apportées sur Hyper-v.
          Plus précisément, la gestion des réseaux a été totalement repensée afin de
          faire découvrir au public le Réseau Convergé. Par conséquent, j’ai décidé de
          mettre en place ces nouvelles notions de configurations réseau au sein des
          clusters Hyper-v 2012 de mon client.

 

reseau

 

  • 1 Teaming de 2 cartes pour le Management, Cluster-CSV et Live Migration
  • 1 Teaming de 4 cartes pour les Machines Virtuelles
  • 1 Teaming de 2 cartes pour l’environnement DMZ

          Les paramètres de Teaming utilisés sont les suivants:

 

Tableau Team

 

 

La première partie touche à sa fin. Mais ne vous inquiétez pas la suite arrive très bientôt … Je vous parlerai des résultats du PRA effectué et des conseils à suivre.

 

Bonne fin de journée …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Eh oui les amis vous l’aurez compris …  Le site Microsoft Virtual Academy a encore remis cela cette semaine.

 

Si vous voulez vous former sur la virtualisation Hyper-v et System Center, Symon Perriman et Matt McSpirit vous proposent un cours gratuit en ligne sur :

Virtualiser votre Datacenter avec Hyper-v et System Center

 

Dans ce cours, vous apprendrez les choses suivantes:

  • Introduction à la virtualisation Microsoft
  • Configuration des hôtes
  • Le clustering et la résilience des VM
  • La configuration des machines virtuelles
  • La mobilité des machines virtuelles
  • La réplication et la protection des machines virtuelles
  • La virtualisation du réseau
  • Les machines virtuelles et les Services Templates
  • Les Clouds Privés et les rôles Utilisateurs
  • System Center 2012 R2 Datacenter
  • La virtualisation avec le Cloud Hybride
  • La gestion VMware, l’intégration et la migration

 

Je vous invite donc fortement à suivre le cours pour toutes les personnes faisant connaissance avec le monde de la virtualisation sous Hyper-v.

 

Comme d’habitude, si vous avez la moindre question, je suis à votre écoute …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Veeam Backup

 

 

Hello tout le monde …

 

De nos jours, le marché de la sauvegarde pour les infrastructures virtuelles est représenté par différents acteurs tels que Veeam, Microsoft, Acronis, Symantec …

 

En ce qui me concerne, deux acteurs majeurs se distinguent dans ce domaine:

  • Microsoft avec SC Data Protection Manager (SCDPM)
  • Veeam avec Veeam Backup and Replication

 

Les acteurs à éviter:

  • Acronis avec Acronis Backup and Recovery

 

En ce qui concerne les autres acteurs (Altaro, Symantec …), je n’ai pas encore eu la possibilité de les tester et de les déployer chez les clients.

 

Pour en revenir à mes moutons, je souhaitais vous faire part d’une édition free de Veeam Backup pour Hyper-v sur le site de l’éditeur en question. Ayant déjà mis en place des infrastructures de sauvegardes avec ce produit, je peux vous assurer et vous garantir la puissance de cet outil.

 

 

En déployant Veeam Backup Free Edition, vous pourrez bénéficier de:

  • VeeamZIP: sauvegardez une VM à la volée à des fins opérationnelles
  • Prise en charge native des bandes
  • Instant File-Level Recovery: restaurez des fichiers invités individuels
  • Veeam Explorer pour Microsoft Exchange
  • Veeam Explorer pour Microsoft SharePoint
  • Veeam Explorer pour Storage Snapshots
  • Gestionnaire de fichiers

 

veeam_zip

 

 

Ne perdez plus une minute pour télécharger le produit :-)

 

Bonnes sauvegardes …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir les amis …

 

Je suis d’humeur joyeuse car les TechDays 2014 commencent demain au Palais des Congrès à la Porte Maillot. En ce qui me concerne, j’y serai Mardi après-mdi et Mercredi toute la journée.

 

Pour revenir au sujet principal de mon post, je voulais vous faire part ce soir de mon retour d’expérience sur la certification 74-409. Pour ceux qui ne connaissent pas encore la signification de ce code, cette certification est orientée sur Hyper-v 2012 / 2012 R2 et System Center 2012 / 2012 R2. Pour être plus précis, le nom est Server Virtualization with Windows Server Hyper-v and System Center.

 

Si vous vous référez aux sources Internet, les compétences mesurées sont:

Configure Hyper-v

  • Create and configure virtual machine settings
  • Create and configure virtual machine storage
  • Create and configure virtual networks

 

Configure and Manage Virtual Machine High Availability

  • Configure failover Clustering with Hyper-v
  • Manage Failover Clustering roles
  • Manage virtual machine movement

 

Implement a Server Virtualization Infrastructure

  • Implement virtualization hosts
  • Implement virtual machines
  • Implement virtualization networking
  • Implement virtualization storage
  • Manage and maintain a server virtualization infrastructure

 

Monitor and Maintain a Server Virtualization Infrastructure

  • Plan and implement a monitoring strategy
  • Plan and implement a business continuity and disaster recovery solution

 

 

Vous en conviendrez que les compétences demandées sont assez chargées … Il y a de l’hyper-v 2012, du SCVMM, du SCOM, du SCDPM, du SCSM et du SCO 2012 et 2012 R2. Tout le monde ne connait pas tous ces produits simultanément et tout le monde n’a pas eu la chance ou l’opportunité de les mettre en place chez plusieurs clients.

 

En ce qui me concerne, je n’avais pas l’expertise sur SCSM mais j’avais l’envie de tester mes connaissances sur le sujet de la certification et de valider les différents projets mis en place chez mes clients. Grâce à l’offre de Microsoft (voucher offert), je me suis donc inscrit pour la passer dans un délai de 2 semaines. Le jour J je me suis rendu au Centre de Tests. Au bout d’1 heure, je suis ressorti heureux d’avoir réussi mon examen … La passion que j’ai en est ressentie.

 

En revanche, j’ai été surpris d’avoir des questions super pointilleuses sur Service Manager ou encore sur des produits non attendus tels que l’AD 2008 R2 / 2012, des Management Packs sur SQL / Active Directory et beaucoup de PowerShell. Je me rappelle également d’une question sur de l’architecture DPM pour connaitre la préconisation sur le dimensionnement de serveurs devant être déployés au sein d’une infrastructure LAN et de Périmètre.

 

Bref, vous l’aurez compris, la tâche n’est pas aussi facile que cela. Pour vous aider à vous préparez au mieux à la certification, Microsoft à mis en place une formation gratuite sur le site de Virtual Academy.

 

Pour ce qui est de l’obtention du voucher gratuit, c’est par ici. Une fois formé, je vous invite à vous inscrire sur le site de Prométric et choisir votre Centre.

 

N’hésitez pas à m’envoyer des mails pour vous aider durant toute votre formation ou pour me donner de bonnes nouvelles. J’allais oublier: pour aller plus loin dans votre cursus d’apprentissage, voici un lien très utile.

 

Bon courage …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s‘il est partagé …

Bonjour mes virtual addict …

 

Je ne sais pas vous mais en ce qui me concerne j’ai hâte d’être sous la couette au chaud chez moi avec ce temps.

 

Avant de reprendre mon travail, je souhaitais vous parler d’une fonctionnalité qui a vu le jour avec la sortie de Windows Server 2012: Hyper-v Replica.

 

Hyper-v quoi ? Comme son nom l’indique, cette nouvelle technologie vous propose de bénéficier de réplicas de machines virtuelles au sein de votre architecture afin de bénéficier d’un PRA (Plans de Reprise d’Activité) en cas de crashs matériels sur les hôtes ou même au sein de votre Datacenter.

 

Typiquement pour rentrer un peu plus dans les détails, la fonctionnalité de Réplica est une image à un instant T (comme un Snapshot) d’une machine virtuelle métier critique pour votre entreprise, asynchrone et répliquée chaque 5 minutes, sur une autre machine Hyper-v située sur le même site ou sur un autre Datacenter.

 

 

Quel usage dans un PRA ?

slide-11-638

 

 

Quel scénario de déploiement ?

slide-13-638

 

 

Quel topologie de déploiement ?

slide-15-638

 

 

Si la solution vous a convaincu, et cela je n’en doute pas, je vous invite fortement à vous procurer le Capacity Planner qui vous permettra de définir les capacités en termes de CPU, RAM, Disques ou encore Réseaux supportant Hyper-v Replica au sein de votre environnement.

http://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=39057

Bon courage …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

J’aime bien surfer sur le TechNet et sur Internet pour lire des articles sur le sujet de la virtualisation avec Hyper-v. Cela s’est beaucoup plus accentué avec la sortie de la version 2012 / 2012 R2.

 

Ayant un moment de répit cette semaine, j’en ai profité pour peaufiner ma culture sur le sujet. Je suis tombé sur une page TechNet expliquant précisément comment mettre en place un cluster Hyper-v 2012 au niveau Réseau.

 

Je me suis dit qu’il fallait absolument vous faire part de cette page intéressante et bien expliquée car les notions de réseau avait complètement été repensé sous 2012 et plus particulièrement dans la mise en place d’un cluster Hyper-v. En effet, avec les versions précédentes (2008 / 2008 R2) vous deviez dimensionner les NIC sur vos hôtes Hyper-v en fonction des multiples réseaux nécessaires:

  • x cartes pour le Management
  • x cartes pour le Live Migration
  • x cartes pour le Cluster (Heartbeat / CSV)
  • x cartes pour le Stockage iSCSI
  • x cartes pour les Machines Virtuelles
  • x cartes pour la Sauvegarde

 

Vous vous imaginez le nombre de cartes réseaux nécessaires à acheter sur tous les hôtes Hyper-v de votre cluster ?

 

Dorénavant, avec la refonte complète du réseau sous Windows Server 2012, plus besoin de 36.000 cartes réseaux pour déployer votre infrastructure cluster. Nous entrons dans l’ère du réseau convergé. Pour les personnes qui n’ont pas encore eu l’opportunité de se familiariser avec ceci, je vous invite à consulter ces pages:

1. Plongez au cœur du réseau convergé sous Windows Server 2012 … PART 1

2. Plongez au cœur du réseau convergé sous Windows Server 2012 … PART 2

3. Plongez au cœur du réseau convergé sous Windows Server 2012 … PART 3

 

 

Par conséquent, si vous souhaitez mettre en place un cluster Hyper-v 2012 et que vous ne savez pas comment implémenter l’infrastructure du réseau, je vous invite très fortement à lire la page TechNet suivante : http://bit.ly/1fsFq3a.

 

Bon courage …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Je souhaitais vous faire part d’un petit soucis que j’ai rencontré chez un client. Ce post me permettra aussi de pousser mon coup de gueule, ce que je ne fais jamais sur mon blog …

 

Un client me téléphone en me racontant la chose suivante:

Bonjour M. Lachari, comment allez-vous ? Je me permets de vous appeler car nous souhaitons mettre une solution de backup pour Hyper-v et nous nous sommes orientés vers Acronis.

Notre prestataire me remonte un problème sur le service VSS Microsoft et ne peut pas mettre en place la solution de sauvegarde. Il tente de réaliser un snapshot du volume C:\ mais cela génère une erreur. Il faudrait alors que vous voyiez ce qui se passe et que vous répariez le service VSS …

 

Je prends donc la parole et lui dit la chose suivante:

Comment est-ce que le service provider VSS Microsoft natif à l’OS peut ne pas fonctionner sur les hôtes ? Quels tests exactement votre prestataire souhaitent réaliser ?

 

Et là le prestataire me répond:

Bonjour, pour mettre en place la solution, Acronis nous demande, via une KB, de tester VSS Microsoft avec diskshadow. Tout est expliqué sur le site Internet de l’éditeur. Nous avons remonté le problème au support 3 et ils nous disent qu’il faut voir cela avec un expert Hyper-v. Le soucis vient de Microsoft …

 

 

En tant que professionnel, je demande donc à avoir cette fameuse KB afin de voir ces fameux tests préalables au bon fonctionnement du produit. Je reçois alors le lien suivant: kb.acronis.com/content/45472.

 

Etant donné qu’il s’agit quand même d’un éditeur reconnu mondialement, je suis la procédure et m’aperçois que j’obtiens bien une erreur ! Bizarre …  Je tente de voir si je n’me suis pas trompé dans les lignes de commande mais encore une fois je me trouve face à l’erreur. Je pense donc à réaliser l’opération sur des CSVs et là les résultats sont positifs.

 

Comment peut-on dire que le service VSS de Microsoft est défectueux ? Il s’en suit alors une discussion houleuse entre le prestataire et moi-même sur le sujet. Il me dit de ne pas prendre le support N3 d’Acronis pour des abrutis, chose que je n’ai absolument pas dite ! Je raccroche alors afin d’en finir avec ce prestataire borné et irrespectueux.

 

Le lendemain, je rappelle mon client, sans la présence du prestataire, afin de me connecter en remote sur l’infra et tenter d’analyser cette situation. Je reprends la KB Acronis pour analyser les commandes :

C:\Users\administrator> DISKSHADOW
permet d’appeler l’outil vérifiant le service VSS

DISKSHADOW> set context persistent
permet de spécifier que la copie “fantôme” continue après un reset …

DISKSHADOW> set verbose on
permet d’obtenir des informations pendant la copie

DISKSHADOW> begin backup
permet de commencer la sauvegarde

DISKSHADOW> add volume C: alias VolumeC
permet d’ajouter le volume système dans la sauvegarde

DISKSHADOW> add volume C: alias VolumeC provider {b5946137-7b9f-4925-af80-51abd60b20d5}
permet de spécifier le provider VSS Microsoft lors de l’opération

 

Pour avoir l’ID du provider VSS Microsoft, il vous suffit de taper la commande:

C:\> vssadmin list providers

providers

 

DISKSHADOW> writer verify {66841cd4-6ded-4f4b-8f17-fd23f8ddc3de}
permet de spécifier le writer du service Hyper-v pour les VM

 

Pour avoir l’ID du writer Hyper-v Virtual Machines, il suffit de taper la commande:

C:\> vssadmin list writers

writers2

 

 

DISKSHADOW> create
permet de créer le snapshot sur le volume C:\

 

 

J’obtiens toujours l’erreur. Je retape la commande pour avoir l’ID du writer Hyper-v Virtual Machine et là je m’aperçois qu’il est en erreur. Nous inquiétez pas: c’est un phénomène normal quand vous faites un test de snapshot avec ce writer.

 

Je redémarre donc le service Hyper-v Virtual Machine Management pour remettre en “bonne santé” le writer en question. Et là, je m’aperçois de l’erreur énorme et inadmissible fournie sur la KB d’Acronis et approuvée par le prestataire. En effet, à chaque fois que vous redémarrez le service Hyper-v Virtual Machine Management, l’ID du writer est modifié. Il ne peut donc pas être continuellement celui donné sur la KB: {66841cd4-6ded-4f4b-8f17-fd23f8ddc3de}. De plus, il faut prendre l’ID de l’instance du writer et non l’ID du writer. Par conséquent, le prestataire pouvait continuer à vérifier le service VSS il aurait toujours eu l’erreur.

 

J’ai donc retapé toutes les commandes citées ci-dessus avec le bon ID et là : tout fonctionne correctement et le snapshot du volume C:\ s’opère avec succès.

 

issue

 

 

Mon coup de gueule est donc pour Acronis car faire une erreur aussi flagrante et spécifier que le support N3 est sûre que l’erreur vienne de Microsoft c’est juste faire preuve de non professionnalisme et d’incompétence. Mais mon plus gros coup de gueule est à l’attention du prestataire, dont je ne citerai pas le nom, qui a affirmé avoir raison et qui m’a manqué de respect. Par conséquent, Monsieur D., je vous invite à réfléchir avec votre tête et non comme un âne …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

More Posts Next page »