Chers compatriotes virtuels …

 

La semaine dernière, je me suis connecté sur mon compte MSDN afin de récupérer la dernière version de Windows Server Technical Preview. En naviguant sur toutes les pages, j’ai découvert l’image ISO de Windows Server 2012 R2 avec toutes les mises à jour intégrées.

 

Par ailleurs, cela faisait longtemps que je souhaitais formater mon super portable Lenovo W530 composé de:

  • 2 x 256GB de disque dur en SSD
  • Processeur Core i7
  • 32 GB de RAM

 

Etant donné que j’ai retiré mon lecteur de DVD pour mettre un disque dur SSD de 256GB, je me suis retrouvé coincé avec mon ISO fraichement téléchargée de mon portail MSDN. Comment allais-je faire pour formater ce foutu portable ? J’ai pensé à installer une machine virtuelle toute neuve en sysprépant le VHDX et en faisant du Boot from VHDX mais trop long à mettre en place. J’ai donc abandonné. Après mes différentes pistes mises au clair, je me suis enfin souvenu qu’il existait un outil  Microsoft gratuit permettant de créer une clé bootable à partir d’une ISO: je veux parler bien sûr de Windows 7 USB/DBD Download Tool.

 

Une fois installée sur mon serveur (je vous passe les étapes Next - Next - Finish), j’ai pu rendre ma clé USB bootable comme ceci:

 

  1. Choisir l’image ISO de WS 2012 R2 avec toutes les updates

    1


  2. Choisir le type de média que vous souhaitez utiliser (cliquer sur USB)

    2 


  3. La clé USB sélectionnée, commencer la copie (cliquer sur Begin copying)

    3 


  4. La clé USB est en cours de création pour devenir bootable

    4


  5. L’opération s’est déroulée avec succès5

 

 

 

Résultat des courses, je n’ai plu qu’à prendre la clé USB bootable, la brancher sur mon W530 et spécifier au BIOS de démarrer dessus afin de débuter l’installation. Et 20 minutes plus tard, je me trouvais avec un laptop tout neuf et requinqué.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Good Evening tout le monde …

 

Vous savez, dans notre métier de Consultant Microsoft, nous avons parfois, voire souvent des missions d’audit et d’expertise à réaliser au sein de nos clients. C’est Fun et intéressant la plupart du temps.

 

En ce qui me concerne, l’audit et l’expertise sont devenus mon quotidien. Et qui dit audit répété ou expertise, il faut créer ses outils ou utiliser PowerShell. Avec mes missions, j’ai appris à aimer le scripting et sa force d’exécutions. Pour ne rien vous cacher, dans une de mes dernières missions, je devais créer un script PS qui devait traiter les postes clients reliquats n’ayant pas le client SCCM 2012:

  • Créer un fichier texte avec tous les noms des PC
  • Activer certains services (dus à la sécurité)
  • Créer un répertoire sur le poste local
  • Copier le client SCCM 2012 sur chaque poste
  • Vérifier la présence ou pas d’un client SCCM
  • Installer le client SCCM 2012 si celui-ci n’est pas présent
  • Vérifier la bonne version déployée
  • Désactiver les services
  • Créer un LOG en fonction de la date et de l’heure

 

Je vous simplifie le script pour ne pas tout dévoiler mais je peux vous assurer que cela fait travailler vos neurones et surtout, cela vous fait mettre les mains dans le cambouis et le debug de PowerShell. Et bien je peux vous promettre que j’ai pris énormément de plaisir à réaliser ce script …

 

Dans mes missions Hyper-v et SCVMM, je me suis habitué également à utiliser du PowerShell pour réaliser certaines choses lors d’un audit ou dans le déploiement de l’infrastructure de virtualisation. Récemment, j’ai du faire un audit Hyper-v 2k12 R2 et VMM 2k12 R2. Dans l’enchainement des tâches à vérifier, il vous faut passer par la case Services d’Intégration: s’assurer que toutes les machines virtuelles de votre plateforme aient bien la dernière version.

 

Etant donné que mon client avait un cluster Hyper-v, j’aime bien avoir le nom des machines virtuelles hébergées sur ce dernier via la cmdlet Get-ClusterGroup:

 

1 

 

 

En revanche, comme vous pouvez le constater, lorsque l’on tape cette commande, le résultat affiche toutes les ressources hébergées sur le cluster. Ce n’est pas ça que je veux … Je souhaite uniquement le nom des VM avec leur version des IC. Je vais devoir alors mettre en place un “filtre” pour n’avoir que ce que je demande:

Get-ClusterGroup | Where-Object {($_.Name –notlike “Available Storage”) –and ($_.Name –notlike “Cluster Group”)} | Get-VM | Format-Table Name, IntegrationServicesVersion

2

 

 

Et voilà le tour est joué … J’ai bien obtenu le nom de mes machines virtuelles avec la version des Services d’Intégration installée.

 

Un petit conseil pour la route: ne surestimez pas le pouvoir de PowerShell. Il vous sauvera la vie quotidiennement dans votre métier informatique.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Oyé oyé tout le monde …

 

Il n’y a pas si longtemps, je suis parti en prestation chez un client pour réaliser un audit de l’architecture de virtualisation Hyper-v 2012 R2 – SCVMM 2012 R2 devant être mise en place prochainement.

 

Avant mon arrivée, le client a mis en place un mini POC composé d’un cluster deux noeuds en Windows Server 2012 R2 avec un serveur SCVMM 2012 R2 devant au final administrer et gérer l’ensemble des futurs cluster répartis sur plusieurs sites.

 

Pendant ma prestation, à un moment donné, le client réalise des opérations sur la console VMM afin de tester quelques fonctionnalités. Quelques minutes plus tard, je le vois soupirer et ennuyé … Après lui avoir demandé ce qu’il se passait sur ma solution préférée, ce dernier me dit qu’il tente de réaliser un Live Migration d’une VM sur un noeud du cluster depuis la console VMM mais cela lui génère une erreur dont il ne comprend pas la cause. Je jette donc un coup d’oeil aux Jobs VMM:

 

BLOG1

 

 

En regardant de plus près, il est évident qu’il y a bien une erreur et que le LM n’a pas fonctionné mais pourquoi ? Alors là, je n’en ai aucune idée … Pas très parlant vous me direz les amis. Quand c’est comme ça, j’ouvre une session RDP sur un des noeuds Hyper-v afin d’en savoir plus au travers de la console Failover Cluster. Il se peut parfois que cette dernière vous donne des informations plus parlantes sur des opérations réalisées au sein de votre cluster.

 

En ouvrant donc la console Failover Cluster et en naviguant dans les messages de Logs je tombe nez à nez avec l’erreur suivante:

 

BLOG2

 

Event ID: 21502

The virtual machine is using processor-specific features not supported on physical computer. To allow for migration of this virtual machine to physical computers with different processors, modify the virtual machine settings to limit the processor features used by the virtual machine.

 

 

En lisant le message, on comprend tout de suite d’où vient l’erreur: l’hôte Hyper-v sur lequel le client fait un Live Migration ne dispose pas du même processeur que son prédécesseur. Résultat des courses, la machine virtuelle ne peut pas réaliser de migration à chaud en cas de crash matériel. Par conséquent, je demande au client si tous les noeuds de son cluster ont bien la même configuration matérielle. Et à ma grande surprise, il me dit que NON ! Et bien la voici votre erreur …

ATTENTION !

Il est important d’avoir des serveurs iso-configuration lorsque vous mettez en place un cluster Hyper-v

 

 

Ne vous inquiétez pas ! Rien n’est perdu … Il existe une solution mais pour cela il va falloir éteindre la machine virtuelle afin d’éditer ses paramètres Processeur. En effet, il existe une option dans la configuration matérielle du processeur stipulant qu’un Live Migration peut s’effectuer même si les hôtes n’ont pas la même version de processeur:

 

BLOG3

 

 

Par conséquent, comme je vous le disais ci-dessus, il faut que la VM soit éteinte si vous souhaitez cocher la case en question:

 

BLOG4

 

 

Maintenant que cela est configuré, vous pouvez faire un test de Live Migration sur votre machine virtuelle afin de valider le déplacement à chaud:

 

BLOG5

 

 

Et voilà le tour est joué … La prochaine fois, vous saurez quoi faire au cas où vous verrez ce message dans le cadre d’un déplacement à chaud.

 

Bonne nuit chers amis et que la virtualisation soit avec vous …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonjour chers amis …

 

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas écris un mini post mais j’étais très débordé sur plusieurs sujets. Certaines personnes m’ont demandé où j’étais et si je comptais continuer à blogger : la réponse est OUI.

 

Pour en revenir à nos moutons et à mon sujet, je tenais à vous annoncer avec un peu de retard que Microsoft vennait de sortir son fameur outil gratuit nommé:

Microsoft Virtual Machine Converter (MVMC) dans sa version 3.0

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cet outil magique, il s’agit d’un assistant permettant de convertir des VM VMware vers des hôtes Hyper-v et/ou Azure. Pas mal du tout non ? Mais attendez la suite …  Dorénavant, la version 3.0 permet de convertir une machine physique (Windows Server 2008 et antérieur pour la partie serveur - Windows Vista et antérieur pour la partie poste client) vers une machine virtuelle Hyper-v.

 

 

MVMC3

                                                     Assistant MVMC 3.0

 

 

Nouvelles fonctionnalités dans MVMC 3.0
  • Convertir une machine physique vers une VM Hyper-v

 

Fonctionnalités Standards
  • Convertir des VMDK vers des VHD et les uploader vers Azure
  • Support native de PowerShell pour de l’automatisation de tâches
  • Convertion des environnements Linux supportée de Vmware à Hyper-v
  • Convertion des VM en mode offline supportée
  • Support des VHDX
  • Convertion de VM vSphere 5.5, 5.1 et 4.1 vers des VM Hyper-v
  • Support de WS 2k12R2, 2K12 et Windows 8 pour la convertion
  • Convertir des VM ESX vers des hôtes Hyper-v 2k12R2, 2K12 et 2k8R2 SP1
  • Convertion des paramètres virtuels de VM ESX vers Hyper-v supportée
  • Ajouter une vNIC à une VM convertie sur l’hôte Hyper-v
  • Simplifier les convertions de VM grâce à une UI
  • Convertion des environnements Windows Server et Linux supportée
  • Convertion des VMDK vers des VHD en mode offline via PowerShell
  • Désinstallation des VMware Tools avant une convertion online

 

 

Je suis sûre que l’outil vous fait rêver en lisant ces quelques lignes … Vous n’avez plus aucuns prétextes dorénavant pour utiliser des environnements VMware dans votre Système d’Informations. Tout est fait pour que vous puissiez déployer toute une infrastructure de virtualisation Hyper-v.

 

Pour de plus amples renseignements, MVMC 3.0 est disponible sur MS Download.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

Aujourd’hui fut une grande et belle journée pour la communauté Microsoft. Ne me dites pas s’il vous plait que vous ne savez pas pourquoi ! Si vous ne savez pas la raison et bien je vais vous le dire:

La sortie de Windows Server Technical Preview

 

 

Comme vous pouvez vous en douter, je n’ai pas tardé à télécharger le nouvel OS serveur de Microsoft. Cerise sur le gâteau, j’ai aussi récupéré la version Technical Preview de la gamme System Center. Et tout cela grâce à MSDN …

 

Untitled

 

 

Pour avoir de plus amples renseignements sur toutes les nouvelles fonctionnalités de Windows Server, je vous joins un lien utile et instructif. Je vous laisse découvrir et tester tout ceci car je n’ai pas le droit (sous NDA) de vous divulguer encore des paramètres de configurations liées aux nouvelles fonctionnalités.

http://technet.microsoft.com/en-us/library/dn765471.aspx

 

En tous les cas, restez tuned car une série de billets vont arriver …

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

Maintenant que les vacances sont finis, je reprends au fur et à mesure du poils de la bête en lisant tout ce que je trouve sur le Net concernant Windows Azure et les technologies proposées par Windows Server 2012 R2.

 

En ce moment, j’ai 3 liens de prédilection sur le sujet:

 

 

Dans les prochaines semaines, je vais vous écrire quelques articles StepByStep sur la mise en place du WAP au sein d’un environnement Cloud IaaS WS 2012 R2. Il vous suffit de rester tuned et aware quand tout cela sortira dans les bacs.

 

En attendant, je vous souhaite bonnes lectures et surtout restez très attentif aux autres sujets qui arrivent sur la sauvegarde d’une plateforme Hyper-v avec l’outil de backup ALTARO …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

J’espère que vos vacances se sont bien passées et que vous êtes en forme pour la rentrée scolaire informatique.

 

Dans un de mes derniers article, j’avais écris un premier post sur la fonctionnalité Hyper-v Replica fournie nativement dans Windows Server 2k12 et Server 2k12 R2. Si vous souhaitez découvrir la première partie, je vous invite à cliquer ici.

 

En ce qui concerne mon infrastructure d’Hyper-v Replica, je dispose pour les tests de l’infrastructure suivante:

  • 1 cluster 2 nœuds Hyper-v 2k12 R2 sur mon site de production
  • 1 hôte Hyper-v 2k12 R2 sur mon site de secours

 

Pour rappel, lorsque vous disposez d’un cluster Hyper-v au sein de votre infrastructure, que ce soit sur votre site de production ou sur votre site de secours (PRA), il vous faut configurer un rôle Hyper-v Replica Broker au travers de la console Failover Clustering afin de “prévenir” l’ensemble des hôtes Hyper-v du Replica d’une machine virtuelle pour que celle-ci puisse être hébergée sur n’importe quel nœud.

 

Vous l’aurez constaté, je vais devoir configurer un rôle Hyper-v Replica Broker sur mon site de production afin d’indiquer la réplication de mes VM au sein du cluster. Bon et bien nous sommes enfin prêt pour mettre les mains dans le cambouis …

 

  • Ouvrir la console Failover Cluster et cliquer sur Roles

HVRB01

 

  • Faire un clic droit sur Roles et cliquer sur Configure Role

HVRB02

 

  • L’assistant affiche une description des rôles HA. Cliquer sur Next

HVRB03

 

  • Choisir le rôle Hyper-v Replica Broker et cliquer sur Next

HVRB04

 

  • Nommer la ressource Replica Broker et attribuer une IP. Cliquer sur Next

HVRB05

 

  • Cliquer sur Next pour débuter la configuration du Replica Broker

HVRB06

 

  • La configuration faite avec succès, cliquer sur Finish pour fermer l’assistant

HVRB07

 

  • Le rôle Replica Broker est donc présent et en ligne dans la console

HVRB08

 

 

 

Maintenant que mon Replica Broker est créé sur mon cluster de Production c’est à dire le site A, je vais pouvoir configurer mon hôte Hyper-v dédié au PRA afin que ce serveur de virtualisation puisse recevoir les réplicas des machines virtuelles.

Il est important de bien comprendre le fait que le HVR Broker créé sur le cluster de production devra être renseigné sur notre hôte hyper-v de PRA et vice versa afin de permettre la réplication inversée: autoriser le réplica du site de secours vers le site principal.

 

Par conséquent, je vais renseigner mon hôte Hyper-v de PRA sur mon HVR Broker hébergé sur mon cluster de Production.

 

 

  • Faire un clic droit sur la ressource Broker et cliquer sur Replication Settings

HVRB09

 

  • La fenêtre de configuration du Broker s’affiche

HVRB10

 

  • Cliquer sur Enable this cluster as a Replica Server

HVRB11

        
         Comme vous pouvez le constater, plusieurs options sont disponibles pour le
         paramétrage de la réplication. Nous allons donc les détailler ci-dessous :


         - Authentication and ports 
         La réplication de machines virtuelles peut s’effectuer de 2 façons différentes,
         en fonction des besoins et de la politique de sécurité de l’entreprise: soit en
         utilisant Kerberos via le protocole HTTP (port 80) soit en utilisant un certificat
         via le protocole HTTPS (port 443).
         En fonction de la criticité de vos données, il vous faudra mettre en place une
         stratégie de réplication afin de répondre à la politique IT de sécurité.

    

        - Authorization and storage 
        Hyper-v Replica permet de spécifier quel(s) serveur(s) est/sont autorisé(s) à
        répliquer les machines virtuelles et donc les données au sein du cluster.

        Allow replication from any authenticated server
        En fonction de votre stratégie, vous pourrez autoriser la réplication à partir
        de n’importe quel serveur authentifié vers un emplacement unique défini.

        Allow replication from the specified servers 
        Cette option permet de répliquer les machines virtuelles sur des stockages
        spécifiques et dédiés. Cela vous permettra ainsi de sauvegarder les réplicas
        sur un stockage en fonction de la criticité de la VM. Par exemple, il est tout à
        fait possible de sauvegarder vos bases SQL dans un emplacement hébergé
        sur un disque SSD afin d’avoir des I/O performantes.

 

 

 

 

  • Etant donné que je  n’ai pas d’autorité de certification sur ma nouvelle infra, je vais sélectionner de répliquer mes VM au travers du port 80 via du HTTP. J’ai souhaité que mes réplicas du site de secours (PRA) soient hébergés sur mon Cluster Shared Volume 1

HVRB17

 

 

 

Mon HV Replica Broker configuré sur mon cluster, je peux paramétrer mon hôte de PRA comme ceci:

  • Ouvrir le Gestionnaire Hyper-v et cliquer sur Hyper-v Settings

HVRB18

 

  • Cliquer sur Replication Configuration et configurer l’authentification

HVRB19

 

  • Cliquer sur Add afin de spécifier la ressource HVR Broker créée sur le cluster du site A et l’emplacement des réplicas

HVRB20

 

 

 

Voilà mes chers virtual addicts … Votre infrastructure est prête à recevoir tous vos réplicas de machines virtuelles sur les deux sites. Par conséquent, ce post touche à sa fin mais ne vous inquiétez pas, je reviendrai avec la suite.

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Interrogations

 

 

Après chaque sortie de Windows Server Hyper-v, il y a une question fatidique qui revient tout le temps:

Quels sont les systèmes d’exploitation invités supportés ?

 

 

 

  • Les OS invités Windows Server

 Systèmes d’exploitation

 Nombre de vCPU maximal

Windows Server 2012 R2 64
Windows Server 2012 64
Windows Server 2008 R2 SP1 64
Windows Server 2008 SP2 4
Windows Home Server 2011  4
Windows SBS 2011 Edition Essential: 2
Edition Standard: 4
Windows Server 2003 SP2  2
Windows Server 2003 SP2  2

 

  • Les OS invités Windows Client

Systèmes d’exploitation

 Nombre de vCPU maximal

 Windows 8.1 32
 Windows 8 32
 Windows 7 SP1 4
 Windows 7 4
 Windows Vista SP2 2
 Windows XP SP3 2
 Windows XP x64 SP2 2

 

  • Les OS Linux

Systèmes d’exploitation

 Version

 CentOS - Red Hat 7.0
6.5
6.4
6.0 - 6.3
5.9 - 5.10
5.7 - 5.8
5.5 - 5.6
 Debian 7.0 - 7.4
 Oracle Linux 6.5
6.4
UEK R3 QU2
UEK R3 QU1
 SUSE SLES 11 SP3
SLES 11 SP2
Open Suse
 Ubuntu 14.04
13.10
13.04
12.10
12.04

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Pour la plupart des IT français, la langue de Shakespeare est incompréhensible et n’est que charabia. Malheureusement pour nous, la plupart des informations pour notre job quotidien est en anglais. Tel est le cas pour Windows Azure … En effet, la solution Cloud est riche en documents, que ce soit sur le portail de Microsoft ou sur les blogs et sites étrangers. Mais bien évidemment, tout ceci est en anglais.

 

COMMENT FAIRE ?

 

Se rendre sur la Microsoft Virtual Academy … Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les concepts et fonctionnalités de Windows Azure sont expliqués dans la langue de Molière. Plus aucun prétexte pour se former sur le sujet.

 

Vous pourrez apprendre les notions suivantes:

  • Les machines virtuelles dans Azure
  • Les réseaux virtuels
  • L’administration à distance
  • Active Directory dans Windows Azure
  • La gestion de Windows Aure avec System Center

 

Vous êtes enfin prêts ? Il ne vous reste donc plus qu’à cliquer sur l’image. Bonne formation en français à tous et bon courage …

 

MVA_1DC54CB7

 

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

veeam_logo_it_just_works

 

 

Bonsoir à tous …

 

Comme vous le savez, Veeam, société leader sur le marché des solutions dédiées à la virtualisation a annoncé deux nouvelles importantes concernant la sortie d’un outil pour Hyper-v et du Veeam Management Pack pour System Center.

 

Si vous souhaitez bénéficier des nouveautés offertes par ces outils, voici les liens:

 

Bonne soirée les virtual addicts …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonsoir à tous …

 

Triste nouvelle pour moi parce que j’ai perdu ma mise sur la victoire des allemands avant la fin du temps additionnel mais content qu’ils aient gagné.

 

Je profite du mag de la coupe du monde pour vous informer qu’un Jump Start sur le Windows Azure Pack (WAP) aura lieu les 16 et 17 Juillet. Le programme est sur 2 jours :

 

Jour 1

  • Introduction to the Windows Azure Pack
  • Install and Configure WAP
  • Integrate the Fabric
  • Deliver Self-Service

 

Jour 2

  • Automate Services
  • Extend Services with Third Parties
  • Create Tenant Experiences
  • Real-World WAP Deployments

 

WAPEvent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne nuit et bon 14 Juillet à tous …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

En cette soirée footballistique (j’ai misé sur l’Allemagne pour information …), je profite d’un peu de temps avant la finale pour vous communiquer une information de la plus haute importance virtuelle.

 

Depuis peu, Gershon, MSFT Microsoft, a mis à la disposition du public un document qu’il est impératif d’avoir dans ses cartons si vous allez être amenés à déployer une infrastructure de virtualisation Hyper-v chez vos clients.

 

Virtualization Fabric Design Considerations Guide

GershonGuide

 

Je vous recommande de le télécharger sans plus attendre … Bonne lecture et très bonne finale.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

MVPTitle

 

 

Bonjour à tous …

 

Désolé de vous le dire que maintenant mais j’ai eu la chance d’être renouvelé MVP Hyper-v 2014 sous les coups de 15h00.

 

Comme tous les 1er Juillet, j’attends la nouvelle avec impatience. Cette année, je me trouvais chez un client en train de développer un script PowerShell pour SCCM 2012 R2 quand j’ai reçu le mail fatidique :

 

Chère/Cher David Lachari,
Félicitations! Nous sommes heureux de vous remettre la récompense MVP Microsoft 2014! Nous apprécions vos remarquables contributions dans les communautés techniques Hyper-v lors de cette année passée
.

 

 

Comme chaque année, je tenais à vous remercier pour votre suivi et votre fidélité car cela me permet d’être encore plus passionné et de vous faire partager chaque jour ma réelle passion pour la virtualisation au travers de mes articles publiés sur mon blog et dans la presse IT. J’espère vous faire aimer encore très longtemps ce produit qui m’est chère depuis de nombreuses années.

 

Je tiens à remercier également Martine pour son excellent travail journalier quand je lui envoie des emails pour lui poser des questions …

 

Encore merci pour tout mes virtual addicts.

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Comme vous le savez, Microsoft Azure est omniprésent sur Internet, les blogs des IT Pros et dans les discussions. Pour ceux qui ne connaissent pas cette solution de Cloud Microsoft, il s’agit de permettre à des sociétés ou à des tiers de créer et de déployer des machines virtuelles et des applications hébergées chez Microsoft.

 

Par conséquent, je vous joins quelques liens utiles pour vous former sur le sujet:

 

Bonne lecture et que le Cloud soit avec vous …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

Bonjour les Hyper-v addicts …

 

Il y a quelques temps, je vous avais écris un post sur Hyper-v Replica. Ayant été chez un client la semaine dernière pour faire une formation sur Hyper-v 2012 R2 et SCVMM 2012 R2, j’ai et la chance de plonger profondément dans les abimes de cette nouvelle fonctionnalité et ainsi vous écrire une série d’articles sur le sujet.

 

Abimes

 

 

Comme le nom l’indique, Hyper-v Replica, disponible depuis la sortie de Windows Server 2012 et 2012 R2, est une fonctionnalité proposant de bénéficier de réplica de machines virtuelles au sein de votre Système d’Informations et ainsi disposer d’une solution de PRA (Plan de Reprise d’Activité) sur un site de secours en cas de crashs du site principal. Pour rentrer un petit peu plus dans les détails du concept, cette fonctionnalité va permettre d’avoir une image d’une VM tierce à un instant T non active et synchronisée de manière asynchrone sur un site de secours. Il nous est alors possible d’héberger les réplicas de machines virtuelles sur :

  • un hôte Hyper-v standalone
  • un cluster Hyper-v (il y a quelques subtilités …)

 

 

Vous devez vous dire qu’il doit y avoir une multitude pré-requis à mettre en place si vous souhaitez bénéficier de cette solution de PRA à moindre coûts. Détrompez vous … L’avantage d’Hyper-v Replica est justement de permettre de :

  • éviter d’avoir une compatibilité matérielle identique entre les hôtes
  • éviter d’avoir les hôtes dans le même domaine Active Directory
  • éviter d’avoir du stockage partagé pour l’hébergement des réplicas
  • éviter les problématiques d’adressage IP en cas de sous-réseau différent
  • autoriser des réplications en trafic entrant de 1 ou N serveurs sources

 

 

En revanche, il y a 3 prérequis système à configurer en fonction de votre stratégie de réplication entre vos deux sites distants. En effet, selon les entreprises, il y en a qui souhaiteront crypter les réplications DATA par le biais de certificats X.509v3 afin de bénéficier d’une authentification mutuelle. Par ailleurs, selon la politique de l’entreprise, le pare-feu Windows peut être activé sur les hôtes de virtualisation. Il est donc obligatoire d’autoriser la/les règle(s) sur les Replica Servers :

  • Hyper-v Replica HTTP Listener (TCP-In)
  • Hyper-v Replica HTTPS Listener (TCP-In)

HVR3

 

En revanche, si vous souhaitez faire de l’authentification Kerberos entre vos sites, il vous faudra avoir tous vos hôtes de virtualisation dans le même domaine ADDS.

 

 

Je me permets de faire un petit aparté et de revenir sur un point que j’ai soulevé un petit peu plus haut lors de mon introduction au sujet. En effet, j’ai stipulé qu’il était possible de répliquer vos machines virtuelles sur un cluster Hyper-v situé sur le site de secours MAIS que pour cela il y avait une subtilité à mettre en place. Du moment où vous avez des clusters Hyper-v dans votre infrastructure, il vous faut installer et configurer le rôle Hyper-v Replica Broker sur chaque cluster. Cela va permettre d’indiquer à chaque hôte de virtualisation appartenant au cluster quelle machine est répliquée et ainsi de pouvoir la gérer la synchronisation.

 

 

Jusque là, je vous ai expliqué globalement comment fonctionnait Hyper-v Replica. A partir de maintenant, nous allons rentrer encore davantage dans les détails afin d’approfondir la technologie et ainsi la mettre en place au sein de votre S.I. Avant de courir il faut savoir marcher, par conséquent avant de mettre les mains dans le cambouis, nous allons voir les notions fondamentales d’Hyper-v Replica.

  • Primary Server
    ceux sont les serveurs hôtes Hyper-v hébergeant les VM de production

  • Primary VM
    ceux sont les VM du site principal hébergées sur les Primary Servers

  • Planned Failover
    il s’agit d’une panne contrôlée d’une VM afin de tester la Replica VM

  • Unplanned Failover
    panne non contrôlée d’une VM en cas de problème sur le site primaire

  • Application-Consistent Replication
    réplication permettant une restauration consistante d’une application à un instant T. Pour cela, le service VSS est utilisé 

  • Test Failover
    permet de tester la Replica VM sur le Replica Server tout en continuant à la VM de recevoir les changements de la Primary VM. En utilisant cette panne, cela crée et démarre une nouvelle VM avec le nom <VMName>-Test

  • Replica Server
    ceux sont les serveurs hôtes Hyper-v hébergeant les Replica VM

 

 

Jusque là rien de bien compliqué vous me direz … J’ai donc décidé de réaliser une mini FAQ sur le sujet pour vous expliquer la suite des fondements :

  1. Comment se déroule la réplication initiale ?
    Il existe 3 façons d’effectuer la première réplication :
    - à travers le réseau WAN
    - à travers un média externe
    - à partir d’une sauvegarde réalisée sur une machine virtuelle



  2. Quelles sont les fréquences de réplication ?
    Hyper-v Replica offre 3 fréquences de réplication en fonction des besoins et du contenu des machines virtuelles :
    - 30 secondes
    - 5 minutes
    - 15 minutes

    Fréquence de réplication 1H 12H 24H 1 semaine
    30 secondes 120 1.440 2.880 20.160
    5 minutes 12 144 288 2.016
    15 minutes 4 48 96 672



  3. Comment sont gérés les changements entre les VM ?
    L’ensemble des changements effectués au sein de la Primary Server est stocké dans un fichier LOG. Avant d’être envoyé au Replica Server, le fichier est compressé afin de ne pas saturer la bande passante. Par ailleurs, tous les changements sont stockés dans un fichier HRL stocké dans le dossier de la machine virtuelle répliquée hébergée sur le Primary Server



  4. N’y a t-il pas un risque de réaliser un Test Failover sur une VM ?
    Aucune inquiétude à avoir sur cette question. En effet, certains craindront d’avoir un conflit entre la Primary VM de production et la Replica VM de test. Lorsque vous testez la consistance de votre VM répliquée, Hyper-v va créer une nouvelle machine en rajoutant –Test au nom et en déconnectant la pile réseau au sein du système d’exploitation



  5. Comment faire si les 2 sites sont sur des sous-réseaux différents ?
    Il est tout à fait plausible d’avoir un sous-réseau de classe C sur son site principal et un sous-réseau de classe A sur le site de secours. Dans ce cas comment faire en cas de crash de notre Primary Site pour mettre la Replica VM en ligne et ainsi la faire communiquer avec le réseau d’entreprise le plus rapidement possible ? Heureusement, Microsoft a pensé à tout. Lorsqu’une VM est répliquée, une propriété supplémentaire apparait dans ses Settings au niveau de la carte réseau virtuelle : Failover TCP/IP. Grâce à cela, vous pourrez définir les paramètres réseau de la VM sur vos 2 sites. 

    HVR5


  6. Où peut t-on stocker les fichiers des Replica VM ?
    Il n’est pas obligatoire d’avoir un stockage partagé pour stocker les fichiers de la Replica VM. En effet, il est tout à fait possible de les héberger sur :
    - un stockage Cluster Shared Volumes
    - un partage SMB 3.0
    - un stockage local sur le Replica Server

 

 

 

Les fondements de la fonctionnalité Hyper- v Replica touchent à leur fin. J’espère que je ne vous ai pas trop perdu durant la lecture de cet article. La suite va vous plaire davantage car nous mettrons les mains dans le cambouis.

 

Que la force Hyper-v soit avec vous …

 

 

David LACHARI - Le savoir ne vaut que s’il est partagé …

More Posts Next page »